24
aoû
2017
Espace Média Dossiers d'actualité
New York, New York. - August 13, 2017: People carrying signs at a rally in Union Square denouncing neo-nazi violence in Charlottesville, Virginia and President Trump

Trump attise le débat sur l’héritage sudiste

Les propos du président Trump déplorant les débordements venus « de tous les côtés », au lendemain de la mort d’une manifestante antiraciste à Charlottesville en Virginie, ont de nouveau attisé la discorde raciale dans le pays. Le projet de retrait d’une statue du général sudiste Robert Lee avait conduit les groupes d’extrême-droite américains à organiser une manifestation le samedi 12 août. C’est un membre de cette nébuleuse qui a précipité sa voiture dans la foule des manifestants antiracistes venus en nombre, provoquant le drame.

Faut-il voir dans l’élection de Donald Trump la cause d’une résurgence du racisme aux Etats-Unis ? Pendant sa campagne, le candidat a tenu à maintes reprises des propos racistes sur les Latinos et les Musulmans – mais il n’a commis aucun dérapage verbal sur les Noirs ou les Juifs, qui constituaient cependant la cible privilégiée des militants d’extrême-droite de Charlottesville. En revanche, sa défense résolue des classes moyennes blanches du pays, trahies par les multiculturalistes du Parti démocrate, désignait en creux toutes les minorités du pays comme des dangers. Par ailleurs, ses attaques constantes contre le « politiquement correct » ont libéré une parole raciste qui était devenue largement inacceptable ces dernières années.

Pour autant, l’effet Trump est plutôt celui d’une réactivation de problèmes raciaux déjà bien présents. Depuis le combat pour les droits civiques dans les années 1960, le pays partageait une vision optimiste, selon laquelle, à force de prospérité et d’éducation, les attitudes racistes allaient tout naturellement disparaitre dans un mouvement incompressible de progrès de l’Humanité. Les années récentes ont montré que ceci n’allait pas de soi. Ainsi, au lendemain de l’élection de Barack Obama, l’ancien président Jimmy Carter avait prédit l’apparition d’une angoisse raciale chez certains Blancs, inquiets à l’idée de perdre leur position dominante dans le pays. Ces craintes se sont en effet exprimées dans le mouvement de droite radicale des Tea Parties, entre 2009 et 2012.

C’est dans ce contexte que se déroule depuis plusieurs années un important et douloureux débat sur le maintien des monuments et des symboles à la gloire des confédérés dans le Sud. Quelle politique faut-il mener en ce qui concerne l’héritage culturel et historique de la guerre de Sécession ? Les habitants du Sud revendiquent une identité régionale forte dont ils clament qu’elle est respectable. Les symboles dont ils se servent, notamment le drapeau de Dixie, sont cependant incontestablement liés à la défense d’idéaux racistes. L’élection de Trump relance ce débat et renforce la virulence des extrémistes pro-blancs. Peu nombreux – le Klu Klux Klan revendique entre 5 000 et 8 000 membres dans le pays auxquels il faut ajouter les nombreux groupuscules néo-nazis et suprémacistes blancs, soit sans doute moins de 10 000 militants au total- ils sont venus se compter à Charlottesville.

Il parait donc judicieux de relire aujourd’hui une note parue en 2015, au lendemain de la tuerie de Charleston en Caroline du Sud - lorsque Dylann Roof avait ouvert le feu sur les paroissiens d’une église noire de la ville, faisant 9 victimes. L’auteure, Sydney Vigran, propose de renommer les écoles primaires qui porteraient le nom de héros esclavagistes et d’utiliser désormais le drapeau sudiste avec plus de parcimonie, mais de maintenir certains monuments avec l’ajout d’une plaque explicative. Il est enfin impératif, selon elle, de donner une plus grande visibilité aux héros des minorités, au premier rang desquelles les Africains-Américains, dans les villes et territoires du Sud des Etats-Unis.

 

Voir plus

Dans les médias :

Donald Trump sait-il ce qu'il fait ?, Laurence NARDON, invité dans "Europe 1 Social Club", Europe1,28/08/2017
 
Donald Trump, Président des Etas-(dés)Unis d'Amérique, Corentin SELLIN, invité dans "64 Minutes - Grand Angle" sur TV5MONDE, 27/08/2017
 
 
Etudes et analyses de l'Ifri :

 

Rethinking the Confederate Legacy, Sydney Vigran, Chroniques américaines, juillet 2015 (en anglais uniquement)

 
l'IFRI vous conseille également
Mots-clés
politique intérieure; Donald Trump Trump Etats-Unis