11
jan
2018
Espace Média L'Ifri dans les médias
Le Président turc Recep Tayyip Erdogan - Athènes, 7 décembre 2017
Dorothée SCHMID, invitée dans "Enjeux internationaux" sur France Culture

Turquie : quelle est la "boussole d’Erdogan" ?

La carte de l’apaisement du côté de l’Europe, et un possible blocage sur la question syrienne : en une semaine, la Turquie vient d’effectuer un ré-ancrage régional.

France Culture

Recep Tayyip Erdogan était à Paris vendredi dernier, le lendemain le Ministre des Affaires Etrangères Mevlut Cavusoglu se rendait en Allemagne,  depuis fin décembre les pays européens sont de nouveau appelés de  « vieux amis » : Après deux années de tensions assumées Ankara se montre inhabituellement conciliante avec l’Union Européenne ; et  inhabituellement ferme envers ses partenaires iraniens et russes qu’elle somme de «prendre leur responsabilité» en Syrie – convocation des ambassadeurs à l’appui. 

Sortir de l’isolement d’un côté, prendre le risque d’une brouille de l’autre ?  Avec l'UE il y a des relations obligées : les réfugiés, l’économie, la sécurité régionale. De plus la Turquie est toujours candidate à l'adhésion et membre de l'OTAN. En Syrie, l’influence d’Ankara s’est  réduite mais elle n’a pas renoncé à peser sur le règlement de la question, notamment l’avenir des Kurdes. 

Deux échéances peuvent désormais presser la Turquie à tenter de reprendre un peu de terrain diplomatique : les pourparlers de Sotchi sur la Syrie en février et les élections générales de fin 2019...

Sur le plan intérieur, le Pdt a les mains libres pour légiférer sans  entrave car l'Etat d'Urgence vient d’être prolongé de 3 mois. Mais est-il pour autant le «président irrationnel d'une Turquie sans boussole», comme l'écrit Gaidz Minassian dans Le Monde au sujet d'un livre ouvrage récent ? Si on tente d’y voir un certain pragmatisme : quelle est la boussole d’Erdogan ?

Intervenant :

Dorothée Schmid, politiste, responsable du programme Turquie contemporaine et Moyen-Orient de l'Ifri

 

 
l'IFRI vous conseille également
Mots-clés
Recep Erdogan Recep Tayyip Erdogan