07
nov
2016
Espace Média L'Ifri dans les médias

Un an après la COP21, la "COP de l'action" s'ouvre à Marrakech

La COP22 débute aujourd’hui à Marrakech, trois jours après l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris. Cette nouvelle Conférence Climat se tiendra jusqu’au 18 novembre. Quels en sont les principaux enjeux ?

Logo connaissances des énergies

État des lieux, onze mois après l'Accord de Paris

Le 12 décembre 2015, les 196  Parties à la Convention Climat des Nations Unies (195 pays et l’Union européenne) ont conclu un accord historique à Paris avec pour objectif commun de contenir « nettement en dessous » de 2°C l’augmentation de la température mondiale d’ici à 2100 par rapport à l’ère préindustrielle. « On aurait pu craindre que l’enjeu climatique soit relayé au second plan après ce pic de mobilisation mais cela n’a absolument pas été le cas », constate Carole Mathieu, chercheuse spécialiste des politiques climatiques au Centre Énergie de l’Ifri.

L’Accord de Paris est en effet entré en vigueur en un temps record, le 4 novembre dernier, soit un mois après l’atteinte du seuil de ratification (55 pays comptant pour au moins 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre) et moins d'un an après la COP21. A ce jour, 100 États ont ratifié l’accord de Paris.

Un certain nombre de pays ont de plus traduit en décisions politiques les ambitions affichées à Paris, comme le rappelle Carole Mathieu, qui cite notamment « la prolongation des crédits d’impôts pour les énergies renouvelables aux États-Unis, la fermeture de mines de charbon en Chine ou encore l’ambition de l’Union européenne de préciser au mois de décembre la répartition des efforts d’atténuation entre ses États membres pour les secteurs non-couverts par le marché carbone ». 

Lire la suite de l'article

 

l'IFRI vous conseille également
Mots-clés
COP21 COP22 climat