Vous êtes ici

Laboratoire de Recherche sur la Défense

Les conflits contemporains se caractérisent par un paradoxe : les capacités de destruction modernes, renforcées par les multiples avancées technologiques des dernières décennies, semblent incapables de produire directement de l’efficacité politique sur le terrain. De la Somalie en 1993 jusqu’au Sahel aujourd’hui, la complexité des situations, les dynamiques sociopolitiques et la pression médiatique se conjuguent pour entraver considérablement les interventions militaires internationales. On assiste, en effet, en dehors de l’espace occidental, à une décomposition des anciens contrats sociaux et parfois à la disparition complète des structures étatiques, qui confrontent les armées des pays occidentaux à des situations chaotiques et des adversaires asymétriques. Dans ce cadre, l’emploi des forces armées reste une condition nécessaire, mais n’est plus suffisante à l’obtention de la « victoire », c’est-à-dire la réalisation de l’état final recherché. Il faut également associer et coordonner les administrations civiles, les sociétés locales et certains acteurs non institutionnels très en amont du déclenchement d’une opération, idéalement dès la phase de planification.

Pour autant, et si le débat stratégique des années 1990 semble à présent quelque peu décalé par rapport aux évolutions perceptibles de la conflictualité contemporaine, il serait hasardeux de rejeter sans nuance les avancées techniques et doctrinales suggérées par l’expression de RMA ou de Transformation. Par-delà les opérations de stabilisation et de contre-insurrection, la diffusion d’armements sophistiqués, l’émergence d’adversaires « hybrides » ou de puissances régionales significatives obligent en effet à ne pas perdre de vue ni l’ensemble du spectre des missions et des scénarios d’engagement, ni le contexte politique et budgétaire fortement contraint qui est appelé, en Europe du moins, à peser durablement sur les formats d’armées comme sur les conditions de leur emploi.

Corentin BRUSTLEIN

Chercheur, Responsable du Centre des études de sécurité de l'Ifri et du programme Dissuasion et prolifération

Rémy HEMEZ

Chercheur au Laboratoire de Recherche sur la Défense (LRD) de l'Ifri.

Aline LEBOEUF

Chercheur, Centre des études de sécurité, Laboratoire de recherche sur la défense

04/06/2010
Par :

Plus de quarante ans après la décision unilatérale du général De Gaulle de retirer les forces armées françaises du commandement intégré de l"OTAN, le président Sarkozy a décidé de faire reprendre à la France sa " participation pleine et entière " dans la structure militaire de l"Alliance...

10/05/2010

L'émergence de capacités permettant de perturber ou d'empêcher les opérations de projection de forces est soulignée par un nombre croissant d'experts de défense et de publications officielles, en particulier aux Etats-Unis. Tandis que la plupart des textes publiés à ce sujet se focalisent sur...

03/05/2010

La projection de forces est devenue depuis plusieurs décennies une posture générale et une dimension fondamentale de l"influence que l"Occident tente d"exercer sur le monde. Or, on constate depuis une quinzaine d"années que l"adoption par les Etats occidentaux de postures essentiellement...

03/03/2010

Contrairement aux progrès continus réalisés par la médecine civile, les améliorations en matière de traitement et d'évacuation des blessés de guerre dépendent d'abord de la capacité des services de santé des armées à s'adapter aux environnements conflictuels dans lesquels ils sont engagés. Le...

18/01/2010
Par : John GORDON IV

Le terme de " transformation " est fréquemment employé au sein des cercles militaires occidentaux, notamment aux Etats-Unis. Les forces armées de la plupart des pays démocratiques demeurent toutefois confrontées à la question suivante : en vue de quels types de missions se transforment-elles ...

25/11/2009
Par : Marie-Dominique CHARLIER

Cette étude analyse le recours à l'armée de Terre en vue d'assurer la protection du territoire national. Dans la logique du Livre blanc qui a consacré le continuum sécurité-défense, l'auteur évoque ainsi les évolutions auxquelles l'armée de Terre doit faire face pour appréhender au...

09/07/2009
Par : Laurent FROMAGET

La puissance de feu à la disposition des armées occidentales est aujourd'hui quasi illimitée. Or, les conflits dans lesquels celles-ci sont impliquées sont menés pour des enjeux limités, et les contraintes politiques d'usage de la force n'en sont que renforcées. Cette étude propose d'analyser...

10/06/2009
Par :

Afin de dépasser les débats entre les partisans de la 'Transformation militaire' et les tenants du modèle de 'guerre au sein des populations', cette étude souligne la nécessité de concevoir un format capacitaire équilibré, qui réponde aux besoins d'équipements actuels et permette de faire face...

22/01/2009

Bien que l'Allemagne ait fait d'importants efforts et de nombreux " petits pas " pour s'adapter aux défis des opérations extérieures, comme en témoigne la mise en œuvre de son approche en termes de " sécurité et développement ", ces efforts se révèlent largement insuffisants face à un terrain...

03/12/2008
Par : John GORDON IV

The term "transformation" is often heard in Western - especially U.S. - military circles. "Transformation" is generally intended to convey the notion of major, productive change for the future that will result in improved military capabilities. A major issue that faces the militaries of most...

Aucun résultat

Aucun résultat