02
déc
2009
Notes de l'Ifri Russie.NEI.Visions
Andreï TSYGANKOV

"Occidentalistes et "sinophiles" dans la politique étrangère russe "Russie.Nei.Visions", n° 45, décembre 2009

couv_russievisions_45_fr.jpg

Alors que la Chine s'affirme sur la scène internationale, la Russie est de moins en moins capable de résister à l'influence politique et économique de son voisin asiatique. En conséquence, le discours russe sur la Chine a évolué : dominé à l'origine par les occidentalistes, il est désormais influencé en grande partie par les sinophiles. Ceux-ci privilégient le développement de relations basées sur les priorités économiques et sécuritaires russes. Bien que le discours officiel reste centré sur le renforcement des liens avec l'Europe, le Kremlin semble de plus en plus sujet à des pressions venant de groupes - au sein de l'État et extérieurs à lui - favorables à la Chine. Pour le monde occidental, le "virage chinois" de la politique étrangère russe nécessiterait une recherche d'équilibre entre le renforcement des liens avec la Russie et la préservation du partenariat étroit existant avec la Chine.

"Occidentalistes et " sinophiles" dans la politique étrangère russe