04
sep
2019
Ramses Contributions à Ramses
Pierre GROSSER, Alain DEJAMMET, Françoise NICOLAS, Carole MATHIEU, Serge SUR, Éric-André MARTIN, Julien TOURREILLE, Denis BAUCHARD, Corentin BRUSTLEIN

Dossier RAMSES 2020 : Le multilatéralisme a-t-il un avenir ? RAMSES 2020, septembre 2019

Contesté par les États-Unis de Trump, par le retour d'anciennes puissances (Russie) et l'affirmation croissante de nouvelles (Chine), miné par l'action d'acteurs régionaux de moins en moins contrôlables, sous quelles formes le multilatéralisme peut-il renaître, et quels domaines doit-il privilégier : commerce, gestion des crises, environnement, désarmement ?

 

Les trajectoires du multilatéralisme

Par Pierre Grosser

Le multilatéralisme témoigne dès sa naissance au XXe siècle de ses liens avec les rapports de puissance : il est guidé par la prédominance des États-Unis et de l’Occident. Il prend un nouveau visage dans les années 1990, pour finalement régresser rapidement. Le système international est partagé aujourd’hui entre logique unipolaire, construction d’une nouvelle bipolarité, et une a-polarité que la gouvernance globale peine, pour l’heure, à maîtriser... (lire la contribution)

Nations unies :
que reste-t-il du multilatéralisme ?

Par Alain Dejammet

Aux Nations unies, l’Assemblée générale a d’abord rêvé de redessiner un ordre économique international plus juste, mais c’est une négociation de « clubs » (G7, G20…) qui s’est progressivement mise en place. En matière politique, le multilatéralisme théorique du Conseil de sécurité se transforme en négociations entre puissances. Il importe avant tout qu’existe un dialogue, au premier chef lorsqu’est envisagé le recours à la force, dûment encadré par la Charte...

Le système commercial multilatéral sous pression

Par Françoise Nicolas

La création de l’OMC en 1995 a confirmé les principes du GATT, tout en institutionnalisant leur mise en oeuvre. Le nouveau contexte économique – émergence de nouveaux acteurs, changement de la nature des échanges… – ainsi que la contestation du Mécanisme de règlement des différends ont conduit à la multiplication des accords hors-OMC, et à la contestation globale de cette dernière. C’est aujourd’hui le fondement même de l’ordre commercial multilatéral inventé dans l’après-guerre qui est remis en cause...

Le multilatéralisme
au secours des biens publics mondiaux

Par Carole Mathieu

La protection de l’environnement, à travers le climat et la biodiversité, est devenue un enjeu international et des politiques intérieures. Une action concertée à l’échelle mondiale s’impose comme étant la plus efficace, la plus juste et la moins coûteuse, mais les efforts demeurent jusqu’ici largement insuffisants. Miser sur le multilatéralisme, c’est aussi nourrir une prise de conscience, et associer les acteurs non étatiques à un changement profond des modes de production et d’organisation des sociétés...

La diplomatie des clubs

Par Serge Sur

À un moment où l’idée même de multilatéralisme semble remise en cause, la diplomatie des groupes semble bien vivante. Elle est très diversifiée, dans la nature même des groupes, dans leurs objectifs, et dans leur efficacité. Mais elle constitue un élément essentiel des dialogues internationaux, affirmant la prééminence de la négociation, l’intérêt de la soft law, et initiant parfois d’importants accords formels....

L'Europe multilatérale au défi de la puissance

Par Éric-André Martin

L’effacement des États-Unis comme puissance tutélaire de l’ordre libéral contraint l’UE à prendre ses responsabilités pour préserver le multilatéralisme, principe au coeur de son modèle universaliste. Elle doit pour cela se doter de moyens lui permettant d’assurer sa souveraineté, et réviser une doctrine de plus en plus déphasée avec les réalités du moment. Faute de quoi elle risque de se faire marginaliser face à l’affirmation de puissances porteuses de modèles alternatifs... (voir la vidéo)

Trump est-il une menace pour la puissance des États-Unis

Par Julien Tourreille

En contestant les valeurs de l’ordre international libéral, le président Trump rompt avec le consensus de ses prédécesseurs depuis 70 ans. La doctrine de la « pression maximale » devient la caractéristique principale de sa diplomatie. Elle se déploie indistinctement à l’encontre des adversaires désignés de Washington ou de ses partenaires. Loin de stabiliser les crises ou d’agréger les soutiens autour des États-Unis, cette doctrine pourrait renforcer leur isolement et favoriser l’émergence de modèles alternatifs à celui qu’ils dominent depuis 1945...

La problématique des sanctions internationales

Par Denis Bauchard

Les sanctions internationales, instrument multilatéral décidé et contrôlé par l’ONU, ont été rares jusqu’à la fin du XXe siècle. Avec l’affaire irakienne, elles se multiplient et sont décrétées par des acteurs divers et à l’encontre d’entités multiples. Elles sont aujourd’hui souvent l’instrument d’actions unilatérales, et contraignantes bien au-delà de l’État visé, pour une efficacité contestable, l’exemple de l’Iran étant emblématique...

L'ordre nucléaire international est-il menacé ?

Par Corentin Brustlein

La complexe architecture de la maîtrise des armements mise en place à la sortie de la guerre froide est aujourd’hui menacée par les affirmations de puissance unilatérales de Washington, Moscou ou Pékin, qui semblent mettre en cause l’ensemble des accords signés. Au-delà des stratégies des puissances dominantes, c’est tout le régime de non-prolifération qui pourrait être menacé. Aux traités existants pourraient à terme se substituer des normes plus souples, moins contraignantes, mais aussi moins efficaces...

 

Retourner au sommaire du RAMSES 2020

 

Les trajectoires du multilatéralisme
Mots-clés
Diplomatie Multilatéralisme Nations unies Nucléaire Sanctions Etats-Unis Europe