Lundi 14 Novembre 2016
de 09:30 à 17:30
Hungary. Syrian refugees taking the train to Germany © UNHCR/Åke Ericson
Débats Conférences
Autre lieu

Il est possible d’identifier au moins trois manières dont l’histoire « disparaît » des débats sur les réfugiés en Europe :

  1. Le passé est absent de ces débats car il n’est pas connu (l’impression est alors que nous n’avons jamais accueilli de réfugiés…).
  2. Le passé est pris dans une perspective « quasi-historique », qui englobe l’histoire d’un pays dans une tradition nationale qui aurait toujours existé (par exemple, la tradition de « tolérance » aux Pays-Bas depuis Spinoza ou d’« asile » en France depuis la Révolution française, etc.).
  3. On enjoint aux migrants de laisser leur histoire « chez eux ».

La conférence a pour objectif de « rendre justice » à l’histoire dans les débats publics et scientifiques sur les migrations et l’asile, à partir d’une approche comparative qui analysera la situation en Grande-Bretagne, en France, en Grèce, en Hongrie et aux Pays-Bas.

Avec Christophe Bertossi (Ifri) – Yannick Coeders (Université  d’Amsterdam) – Tibor Dessewffy (ELTE) – Jan Willem Duyvendak (Université d’Amsterdam) – Michael Ignatieff (Recteur de l’Université d’Europe Centrale) – Éva Judit Kovács (Centre des Sciences Sociales, Académie Hongroise des Sciences) – Maria Kovács (Université d’Europe Centrale) – Georgios Kritikos (Université de Harokopio)– Malachi MacIntosh (Runnymede Trust) – Zsofia Nagy (ELTE) – Andrea Petho (Université d’Europe Centrale).

Cette conférence est organisée par l’Ifri, en partenariat avec l'Université d'Europe centrale à Budapest. Elle s'inscrit dans le projet « Mémoires et Migrations en Europe » conduit par l’Ifri, en partenariat avec l’Université d’Amsterdam, l’Université de Warwick, la Fondation Calouste Gulbenkian et le Réseau français d’instituts d’études avancés, avec le soutien du programme l'« Europe pour les Citoyens» de l’Union Européenne.

eacea_2015_00550000_fr_1.jpg

eacea_2015_00550000_fr_1.jpg, par natacha_crance

Migration and the New Politics of Nativism: Europe-US Compared