Publié le 05/09/2018

Denis BAUCHARD, Clément THERME, Olivier DA LAGE, François NICOULLAUD, Emma SOUBRIER, Elisabeth MARTEU, Dorothée SCHMID, Rémy ROISNEL, Olivier APPERT

Que cherche l'Iran ? À garantir sa survie dans un environnement hostile ? À s'entourer d'acteurs régionaux sous influence ? L'Arabie Saoudite va-t-elle vraiment changer, ou se perdre dans son aventurisme extérieur ? Attisée par Washington, la rivalité régionale peut-elle dégénérer ?

Vers de nouveaux
affrontements ?

Par Denis Bauchard

Une coalition de fait réunit les États-Unis, Israël et l'Arabie Saoudite contre l'Iran, accusé de se nucléariser, de soutenir le terrorisme et d'aspirer à l'hégémonie régionale. La dénonciation de l'accord de Vienne s'inscrit dans le cadre d'une stratégie de regime change contre Téhéran. Sur plusieurs fronts, la situation pourrait dégénérer...

 

Iran : régime fort,
régime faible ?

Par Clément Therme

Avec l'aggravation de la contestation interne, la République islamique a de plus en plus de mal à maintenir l'ordre islamiste dans la société iranienne. Quant à la politique iranienne de l'administration Trump, elle vise au changement de régime à Téhéran en créant les conditions d'un soulèvement populaire...

L'Arabie Saoudite
de Mohammed
ben Salman

Par Olivier Da Lage

Le prochain souverain d'Arabie Saoudite appartiendra, pour la première fois, à la troisième génération de princes, celle des petits-fils d'Abdelaziz, le fondateur du royaume. Sauf accident, ce sera Mohammed ben Salman, prince héritier et fils de l'actuel souverain. Ambitieux, il consolide efficacement son pouvoir sur le plan intérieur. Mais Mohammed ben Salman s'est engagé à l'extérieur dans une diplomatie plus hasardeuse, notamment dans l'opération militaire du Yémen qui se traduit pour l'heure par un échec...

L'Iran au Proche
et Moyen-Orient :
un hegemon incertain ?

Par François Nicoullaud

Construire un "axe de la résistance" assurant sa sécurité et son influence régionale, et assurer sa primauté dans le Golfe persique contre l'Arabie Saoudite : ces deux orientations structurent la politique étrangère iranienne, au-delà des diverses tendances intérieures. Téhéran a engrangé sur ces deux axes d'incontestables succès. Mais il n'est pas sûr que la situation complexe de la région et les conditions politiques internes permettent à l'Iran de consolider durablement son influence... (lire la contribution) [1]

Crise du Golfe :
un bilan provisoire

Par Emma Soubrier

La crise ouverte qui oppose le Qatar à l'Arabie Saoudite et aux émirats renvoie à d'anciennes rivalités, renforcées par les stratégies de présence internationale des trois acteurs. Mais elle dépasse largement le cadre régional, et l'impasse actuelle pourrait rendre nécessaire l'intervention d'autres acteurs...

Israël/Arabie Saoudite : une entente stratégique
de circonstance ?

Par Élisabeth Marteu

Les échanges entre Tel-Aviv et Riyad se font de plus en plus visibles, à partir d'une obsession anti-iranienne que partage Washington. Mais la question palestinienne pourrait être un véritable frein à la normalisation, et l'Arabie Saoudite se contenter d'une entente tacite, préférée à un accord formel et compromettant...

Faillite de l'accord nucléaire iranien

Par Dorothée Schmid

La conclusion de l'accord nucléaire de 2015 avec Téhéran a constitué un succès pour une diplomatie multilatérale basée sur la complémentarité de l'ensemble des acteurs de la négociation. La remise en cause de l'accord renvoie chacun à ses réflexes nationaux, et à une pure logique de rapport des forces...

La course aux armements déstabilise-t-elle le Moyen-Orient ?

Par Rémy Roisnel

Les volumes d'armes exportés vers le Moyen-Orient n'ont jamais été aussi hauts. Ils nourrissent les conflits locaux, aggravant les tensions régionales autour de la rivalité Iran/Arabie Saoudite. En dépit d'une efficacité limitée sur place, ils pourraient demain se retrouver sur de multiples théâtres conflictuels...

Le pétrole est-il encore une arme au Moyen-Orient ?

Par Olivier Appert

On sait depuis plusieurs décennies que le pétrole constitue au Moyen-Orient une arme économique et politique. Mais s'il est un facteur de puissance, pour l'Arabie Saoudite, l'Iran ou l'Irak, il est aussi un clair élément de faiblesse pour leurs économies rentières. De plus, la conjoncture politique et l'émergence aux États-Unis des productions de pétrole non conventionnel affaiblissent le pouvoir de l'OPEP comme régulateur des marchés...

 

Retourner au sommaire du RAMSES 2019 [2]