Jeudi 13 Décembre 2018
de 14:00 à 18:00
image_kinshasa.jpg
Débats Conférences
Paris

Avec deux ans de retard, les autorités congolaises ont finalement décidé d'organiser des élections provinciales, législatives et présidentielles le 23 décembre 2018. Prévues, selon la constitution, en décembre 2016, les élections ont connu un glissement qui reflétait l’hésitation du pouvoir à accepter la règle constitutionnelle de la limitation à deux mandats présidentiels. Si le président Joseph Kabila, à l’inverse de certains de ses pairs, n’a pas fait changer cette règle constitutionnelle, il a cependant engrangé pendant ces deux ans tous les atouts politiques, juridiques, sécuritaires et financiers pour organiser un scrutin sur-mesure. Par conséquent, le dauphin désigné par le président Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, a de grandes chances d’être élu lors de cette élection à un tour. Dans ce contexte, quel sens donner à ces élections ? Cette fausse succession présidentielle prolongera-t-elle les tenants du régime actuel et selon quelle configuration politique ? Va-t-elle, au contraire ouvrir une étape inédite dans le système politique congolais en créant une alternance là où on ne l’attend pas ? Au-delà du seul processus électoral, les analyses porteront sur les principaux enjeux structurels de ce pays d’Afrique centrale.

 

14h-15h45 La pauvreté dans l’abondance ? Quelle politique de gestion des ressources avant et après l’élection

Thierry Vircoulon, Chercheur, Ifri

Théodore Trefon, Chercheur, Musée royal de l'Afrique centrale

François Misser, Journaliste

Modérateur : Alain Antil, Directeur du Centre Afrique subsaharienne, Ifri 

 

16h-18h Tensions politiques nationales et régionales

Manya Riche, Consultante

Marc-André Lagrange, Consultant en affaires humanitaires

Bienvenu Matumo, Militant à la LUCHA

Modérateur : Thierry Vircoulon, Chercheur, Ifri