Publié le 02/07/2019

Laurence NARDON, Mathias GIRARD

Dans la campagne électorale qui commence, les démocrates doivent choisir entre des projets politiques différents.

La campagne électorale pour les élections présidentielles de novembre 2020 commence, du côté démocrate, par une primaire qui voit s’affronter pas moins de 23 candidats à la désignation officielle par le Parti. Si leur vive opposition au président Trump les réunit, ces candidats sont néanmoins en désaccord sur beaucoup de points.

Les raisons de la défaite d’Hillary Clinton en 2016 sont l’un des premiers sujets de dissension. Certains l’ont expliquée par la désaffection des électeurs blancs des régions industrielles, trahis par un Parti devenu trop élitiste ; d’autres ont mis en avant le genre de la candidate ou la médiocrité supposée de sa campagne ; certains, enfin, considèrent que son échec est dû à une interférence russe. Les partisans d’Hillary Clinton rappellent quant à eux que cette dernière n’a pas véritablement perdu, puisqu’elle a remporté près de 66 millions de voix contre 63 millions pour son adversaire.

Au-delà de ce sujet, les candidats de 2020 sont porteurs de projets politiques divers, notamment sur les aspects économiques et sociétaux.

Le projet économique de l’aile gauche du Parti

La crise financière et économique de 2007-2008 a apporté, pour beaucoup de citoyens américains, la preuve incontestable des excès de la dérégulation engagée dès les années 1980, dans le cadre de la vaste révolution libérale portée par le président Reagan. Cette crise s’ajoutait à la remontée des inégalités sociales constatée dans le pays : l’indice de Gini, qui mesure les inégalités, atteint 0,415 en 2016, l’un des plus élevés des pays développés. Un premier mouvement de contestation, porté par la jeunesse américaine sous le nom d’« Occupy Wall Street », réclamait en 2011 le retour d’un État fédéral assumant son rôle de régulation et de redistribution. Ces thèmes ont été repris avec un grand succès par le candidat Bernie Sanders dans la campagne de 2016. Sénateur du Vermont et indépendant, Sanders se présente comme un socialiste[i] et propose des mesures économiques et sociales aux antipodes de la pensée économique libérale dominante depuis les années 1980. Il est encore présent dans la campagne pour 2020, aux côtés d’autres candidats aux propositions économiques comparables, tels que la sénatrice du Massachussetts Elizabeth Warren.

[i]. S. Sullivan, « Sen. Bernie Sanders Defends Democratic Socialism, Reflecting Internal Democratic Battle over the Party’s Philosophy», The Washington Post, 12 juin 2019.

 

Poursuivez la lecture en téléchargeant le fichier ci-dessous.