Publié le 23/09/2019

Benjamin AUGE

En 2017, l’arrivée au pouvoir de João Lourenço a mis un terme à près de quatre décennies de règne de l’ancien chef de l’État, José Eduardo Dos Santos. 

Le premier objectif de João Lourenço a été de renforcer son autorité en nommant à de hautes fonctions des personnalités qui lui sont proches et des cadres de l’ancien pouvoir qui lui avaient fait allégeance. La rapidité de la prise de contrôle par le nouveau « camarade numéro un » de tous les centres de décision – armée, renseignement, sociétés d’État, secteur pétrolier et surtout le parti-État MPLA (Mouvement populaire de libération de l’Angola) – a surpris les caciques de l’ère Dos Santos dont certains ont été brusquement écartés, voire condamnés à des peines de prison. Désormais ancré aux commandes de l’Angola, João Lourenço est cependant confronté à une profonde crise économique, la plus inquiétante pour le pays depuis la fin de la guerre civile en 2002.