Publié le 16/02/2021
Drapeau Angola

Benjamin AUGE, cité par Laurent Larcher dans La Croix.

Une manifestation contre la vie chère dans la province diamantaire de Lunda Nord a été réprimée par la police, tuant au moins une dizaine de personnes, selon les ONG de défense des droits humains.

Le successeur d’Eduardo dos Santos, João Lourenço, n’a pas rompu avec les violences policières du temps de son prédécesseur. Les ONG de défense des droits humains s’inquiètent de la tournure des événements dans le nord de l’Angola, un peu plus de trois ans après le départ de José Eduardo dos Santos et l’élection de son successeur, João Lourenço.

[...]

« Le président João Lourenço est affaibli par la grave crise économique qui frappe l’Angola. Et il est contesté au sein de son parti, le MPLA, alors que la prochaine élection présidentielle doit se tenir dans un an », explique Benjamin Augé, de l’Institut français des relations internationales (Ifri).

 

« D’autant que sous le régime de dos Santos, le maintien de l’ordre était déjà très brutal, les manifestations étaient interdites et réprimées, souligne Benjamin Augé. Cela n’a pas changé avec Lourenço, lui-même ancien ministre de l’intérieur de José Eduardo dos Santos.

> Lire l'article de Laurent Larcher citant Benjamin Augé sur le site de La Croix [1].