Publié le 03/09/2021
Angela Merkel, Emmanuel Macron and Recep Tayyip Erdoğan

Laura Lale KABIS-KECHRID

Ces dernières années, la Méditerranée orientale est devenue la scène d'un conflit de plus en plus internationalisé et militarisé, aux enjeux multiples et interconnectés, et une arène où une variété croissante d'acteurs projettent leurs ambitions géopolitiques. 

- Même si l'Allemagne et la France partagent globalement les mêmes préoccupations à l'égard de la Turquie, leurs points de vue divergent sur la question de la meilleure façon de répondre à Ankara. Ces contradictions ont un impact sur la capacité de l'UE à relever les défis qui se présentent.

- Berlin a privilégié une approche plus conciliante, notamment parce que la Turquie constitue un partenaire important, bien que difficile, pour l'Allemagne. Paris en est venu à considérer la Turquie avant tout comme un rival géopolitique dont les ambitions et les politiques perturbatrices doivent être freinées par une ligne européenne dure.

- Bien que leurs préoccupations convergent, les différences structurelles internes et de perception des menaces entraînent des réponses différentes.

- La "double approche" de l'UE tente de combler ces différences. Cependant, la France et l'Allemagne doivent clarifier leurs attentes communes pour surmonter leurs divergences concernant les intérêts immédiats et les perspectives stratégiques.

 

Ce briefing est disponible en anglais : "Conflicts in the EastMed : From Germany's and France's Conflicting Strategies to a Dual Approach" [1]