Publié le 10/11/2021

Laurence NARDON, épisode du podcast « New Deal », en collaboration avec Slate.fr et Time To Sign Off

La cote de popularité de Biden est en berne, un an seulement après son élection. 

On connaît les bizarreries du calendrier électoral américain : si Joe Biden a été investi en janvier 2021, l'élection avait eu lieu plus de deux mois auparavant, en novembre 2020, il y a tout juste un an. S'il est trop tôt pour faire un bilan, plusieurs évènements récents ont marqué des étapes importantes et contradictoires de son mandat.

Les élections de la semaine dernière n'ont pas été très bonnes pour les Démocrates, et confirment la faiblesse du président dans les sondages. En revanche, le vote de sa loi sur les infrastructures «Build Back Better», vendredi 5 novembre, est un indéniable succès.

Difficile d'évaluer l'action du 46e président américain, donc, et difficile de voir ce que les Démocrates doivent faire d'ici les élections de mi-mandat, dans un an : faut-il que l'administration Biden recentre sa politique ou au contraire, qu'elle continue à gauche toute ?

Slate.fr s'est associé à la newsletter «Time to Sign Off» [1] (TTSO) et à l'Institut français des relations internationales [2] (IFRI) pour suivre l'actualité politique américaine et proposer tous les mercredis le podcast New Deal, avec Laurence Nardon, responsable du programme Amérique du Nord de l'IFRI, et et Romain Dessal, fondateur de TTSO.