Publié le 07/12/2009

Manuela GLAAB, Michael WEIGL

La soirée électorale du 27 septembre 2009 n'a pas été riche en surprises. Comme les sondages l'avaient suggéré pendant plusieurs mois, l'Union chrétienne-démocrate/Union chrétienne-sociale CDU/CSU et le Parti libéral-démocrate FDP ont remporté des élections au Bundestag.

Lors du changement de gouvernement de 2009, il a été peu question de la " magie du nouveau départ ". Les premiers conflits entre CDU, CSU et FDP laissent d'ores et déjà penser que de nombreuses promesses électorales ne seront que partiellement réalisées - si jamais elles le sont.
En même temps, le gouvernement doit relever le défi de la gestion des conséquences de la crise économique et financière ainsi que des nombreuses réformes. Il ne devrait donc pas manquer de points faibles pouvant donner prise aux attaques de l'opposition. Le parlementarisme en Allemagne - visiblement essoufflé aux temps de la grande coalition - peut s'en trouver re-dynamisé.


Manuela Glaab est directrice du groupe de recherche sur l'Allemagne au Centre pour la recherche politique appliquée de Munich (Centrum für angewandte Politikforschung, C.A.P.) et Michael Weigl est chercheur au groupe de recherche sur l'Allemagne au Centre pour la recherche politique appliquée de Munich (Centrum für angewandte Politikforschung, C.A.P.)

 

Cette publication est disponible en allemand : Die Bundestagswall 2009. Wallkampf, Ergebnis und regierungsbildung