Publié le 01/09/2014

Thibaud LESUEUR

Personnes déplacées, insécurité alimentaire et sanitaire, catastrophe économique, tensions communautaires qui se creusent : la République centrafricaine connaît sans doute la crise la plus grave de son histoire.

Et le processus politique actuellement à l’œuvre semble impuissant. Mais cette grave crise pourrait être l’occasion, pour la communauté internationale, de repenser son modèle d’intervention, dans ses choix, dans ses moyens et dans la durée de son engagement.

Thibaud Lesueur est analyste pour l’Afrique centrale à l’International Crisis Group.

 

Article publié dans Politique étrangère, vol. 79, n° 3, automne 2014 [1]

 

 

 

 

 

 

 

 

Plan de l’article

 

Genèse de la crise

Emergence de la Seleka et des anti-balaka

La dimension régionale de la crise

 

La crise centrafricaine : entre incompréhensions et simplifications

Un processus inclusif est-il possible en RCA ?

Un pays en déficit de médiateurs

 

Les limites de la réponse internationale

Un théâtre d’opérations compliqué pour les forces internationales

Réinventer un modèle d’intervention et renouveler une boîte à outils incomplète

Le piège des élections

Une diplomatie balbutiante vis-à-vis de la région