25
mai
2016
Editoriaux de l'Ifri L'Afrique en questions
Becky dans son épicerie
Anna FICHTMÜLLER

Not Dazzling But Not Invisible : The Ugandan Middle Classes as "Somewhere in Between" L'Afrique en questions, n° 25, 25 mai 2016

En janvier 2016, la chaîne de supermarchés kenyane Uchumi a déposé le bilan de ses filiales ougandaises en raison de pertes continues. Elle n’est pas la seule : des groupes comme Nestlé, Coca Cola or Barclays se retirent progressivement du continent africain et les récentes études – celle du Global Wealth Databook du Crédit Suisse ou du Pew Research Center – suggèrent que la taille de la classe moyenne africaine est sans doute plus réduite que ce qui avait été affirmé jusque-là. Ainsi, la frénésie de ces dernières années autour l’émergence de l’Afrique (Mahajan, 2009) et de la classe moyenne africaine n’était-elle que spéculation ?

uganda_middle_classes_aeq_25-1-1-001.jpg

Dans l’espoir de mieux comprendre les transformations sociales et économiques du continent, il semble nécessaire de détourner son regard de la vitrine attrayante que constituent des économies telles que le Kenya et l’Afrique du Sud, et de considérer des pays dont la croissance est régulière, mais qui sont encore loin d’accueillir une classe moyenne bien établie. Ces classes moyennes-ci ne font pas leurs courses dans des centres commerciaux, elles ne conduisent pas de voitures et ne partent pas en vacances. Ces foyers se caractérisent avant tout par l’amélioration de leurs niveaux de vie au regard de la génération précédente, particulièrement dans les domaines de l’éducation, des revenus, et du logement. Cependant, ils se sentent encore particulièrement vulnérables, et ne tiennent pas ces progrès pour acquis. Cette sensation de vulnérabilité influe fortement sur leurs choix de consommation, et pourrait les empêcher de devenir les « consommateurs de demain » tellement attendus.

 

Les dépenses en alimentation : les choix de consommation des classes moyennes ougandaises.

Analyser les choix de consommation est une étape primordiale pour définir ce qui constitue les classes émergentes ougandaises. Où font-elles leurs courses ? Quelles sont les priorités de leurs budgets ? S’illustrent-elles dans la consommation ostentatoire, symbole d’une richesse récemment acquise, ou sont-elles encore occupées à subvenir à leurs besoins élémentaires ?

Ce contenu est disponible est anglais :  Not Dazzling But Not Invisible : The Ugandan Middle Classes as "Somewhere in Between"

l'IFRI vous conseille également
Mots-clés
classes moyennes pratiques de consommation Ouganda