29
juin
2017
Notes de l'Ifri Asie Visions
Le Premier ministre pakistanais Muhammad Nawaz Sharif et le Président chinois Xi Jinping à son départ de la base aérienne de Nur Khan le 21 avril 2015 à Islamabad
Zahid HUSSAIN

Le couloir économique Chine-Pakistan et la nouvelle géopolitique régionale Asie.Visions, n° 94, juin 2017

Le couloir économique Chine-Pakistan (CPEC) marque un tournant majeur dans les relations entre les deux pays, au moment où a lieu un changement géopolitique important. Mais alors qu'il promet des retombées conséquentes pour le développement des infrastructures et la croissance économique du Pakistan, un nombre important de défis restent à surmonter pour que le projet produise des bénéfices à long terme pour les Pakistanais.

couv_av94.jpg

Le CPEC est une partie essentielle du vaste projet chinois "Une Ceinture, Une Route" (Belt and Road) qui prévoit de relier la Chine à l'Europe, le Moyen Orient et l'Afrique. En tant que partie intégrante du projet, le Pakistan accueille des dizaines de milliards de dollars d'investissement dans les infrastructures et dans le développement du secteur de l'énergie à un moment où il a désespérément besoin d'investissements étrangers pour stimuler son économie balbutiante. L'ajout de 10 000 MW d'électricité au réseau national d'ici la fin 2018 permettra de surmonter les pénuries d'énergie tout en dynamisant fortement l'économie. De la même manière, le développement des routes et autres infrastructures de transport permettra d'améliorer la connectivité dans le pays aussi bien qu'avec les pays voisins. La connectivité inhérente au projet pourrait réellement changer la donne au Pakistan.

Néanmoins, il pourrait avoir des implications fâcheuses pour les finances publiques du Pakistan si ce dernier n'ajuste pas ses politiques en conséquence. L'argent chinois pourrait venir à un prix que beaucoup considère comme excessif, et peser à long terme sur la balance des paiements du Pakistan. Même si la Chine dispose d'une image très positive auprès des Pakistanais, le manque de transparence d'un certain nombre de projets CPEC a suscité un scepticisme croissant dans la société civile et les milieux d'affaires pakistanais. Par exemple, ils redoutent que les concessions faites aux entreprises chinoises soient dommageables à l'industrie domestique. De même l'importation de main-d'oeuvre par les entreprises chinoises priverait les Pakistanais d'importantes opportunités d'embauche. 

En d'autres termes, le défi principal pour le Pakistan est de négocier de meilleures conditions avec les entreprises chinoises afin de tirer au mieux parti de ces investissements. Le problème sous-jacent pour les autorités pakistanaises est de mettre en place le programme CPEC de manière à ce qu'il élimine les déséquilibres structurels et place l'économie sur une trajectoire de croissance durable. Le CPEC peut aussi devenir une source d'intégration économique régionale en favorisant la réduction des disparités inter-provinciales et en mettant plus l'accent sur les régions économiquement isolées du pays. Malgré des désaccords autour de la répartition des projets CPEC, les provinces et partis politiques reconnaissent les bénéfices à long terme que pourraient apporter les investissements chinois dans le pays. L'idée que la croissance économique apportera de la stabilité politique est aussi largement partagée.

 Enfin, l'axe Chine Pakistan reflète la géopolitique émergente et la redistribution des forces en Asie. L'éloignement du Pakistan vis-à-vis des Etats-Unis et l'accroissement des tensions avec l'Inde ont mené Islamabad à accroître sa dépendance envers la Chine, dont l'amitié semble indéfectible. La relation naissante entre les Etats-Unis et l'Inde est aussi un facteur de renforcement de l'axe Chine-Pakistan. Dans le même temps, le CPEC a soulevé l'espoir d'une meilleure connectivité et de coopération économique entre les pays de la région. Une fois les projets réalisés, la position géostratégique du Pakistan pourrait faire de lui le point de rencontre entre la "Ceinture économique de la route de la soie" eurasiatique et la "Route de la soie maritime" du sud-est asiatique. Le CPEC pourrait ainsi non seulement changer la donne au Pakistan mais aussi dans la région toute entière.

Ce contenu est disponible en anglais: The China Pakistan Economic Corridor and the New Regional Geopolitics

 

l'IFRI vous conseille également
Mots-clés
économie Energie Routes de la soie Asie Chine Pakistan