26
avr
2017
Notes de l'Ifri Asie Visions
frazao_shutterstock
Linda HASUNUMA

Political Targets: Womenomics as an Economic and Foreign Relations Strategy Asie.Visions, n° 92, avril 2017

Cette note présente un aperçu de la stratégie womenomics lancée par le Premier ministre Shinzo Abe et montre comment un plan conçu pour atténuer la crise démographique et les pénuries de travail au Japon a aussi évolué en une stratégie de politique étrangère qui contribue à améliorer la réputation du Japon à l’étranger concernant l’égalité des sexes.

couv_av92

Quatre années ont passé depuis que le Premier ministre Abe a lancé sa réforme dite Abenomics pour revitaliser l’économie japonaise, à travers une nouvelle politique monétaire, fiscale, et la mise en place de réformes structurelles. Sur ce troisième point, les mesures pour réformer le marché du travail et, en particulier, encourager des femmes à travailler se sont rapidement faites connaître dans les médias sous le nom de womenomics.

Les pressions démographiques et économiques rendent impératif pour le gouvernement japonais d’employer plus de femmes afin de faire face au vieillissement et à la diminution de sa population. De plus, le Japon a subi une forte pression internationale suite à ses performances  très décevantes sur l’égalité hommes-femmes. Les womenomics sont donc aussi une stratégie de relation publique qui permet au gouvernement japonais de signaler aux autres pays, aux institutions financières et internationales, aux investisseurs et aux organisations de droits, qu’il agit sur deux fronts importants : les réformes économiques et l’égalité des sexes.

Malgré les nombreux objectifs non atteints par le gouvernement, les womenomics ont bien eu un impact et ont permis de mettre les femmes japonaises sur le devant de la scène nationale et internationale. Elles n’ont peut-être pas produit de changement majeur pendant ces quatre années, mais elles seront sans aucun doute une part importante de l’héritage de Shinzo Abe en tant que Premier ministre. Pour rester dans la course, le Japon doit faire de l’économie féminine une stratégie à long-terme qui ne subisse pas une perte de vitesse quand Abe quittera sa fonction.

Ce contenu est disponible en anglais: Political Targets: Womenomics as an Economic and Foreign Relations Strategy

 

l'IFRI vous conseille également
Mots-clés
womenomics Femmes au Japon économie Société Asie Japon