10
mar
2017
Politique étrangère Articles de Politique étrangère
Max-Valentin ROBERT

Le tesbih et l'iPhone : islam politique et libéralisme en Turquie Politique étrangère, vol. 82, n° 1, printemps 2017

Jusqu’à la fin des années 1990, le discours économique porté par l’islam politique turc se caractérisait par son antilibéralisme.

En acceptant l’économie de marché et en se faisant le porte-parole des « tigres anatoliens », l’AKP a donc incarné une rupture idéologique avec ses prédécesseurs islamistes. Toutefois, l’hétérogénéité de sa base électorale oblige ce parti à maintenir une ambivalence discursive sur l’UE et la globalisation.

 

PLAN DE L'ARTICLE

Necmettin Erbakan et l’ « ordre économique juste »

Le Parti de la Justice et du Développement : entre paternalisme et libéralisme

L’éthique musulmane et l’esprit du capitalisme

Un AKP bénéficiaire et prisonnier de l’hétérogénéité de son électorat

 

Max-Valentin Robert est doctorant en science politique au laboratoire Politiques publiques, action politique et territoires (PACTE). Il est également contributeur à l’Observatoire de la vie politique turque (OVIPOT) et à Mundeo.

Article publié dans Politique étrangère, vol. 82, n° 1, printemps 2017.

Le tesbih et l'iPhone : islam politique et libéralisme en Turquie
Bon de commande Politique étrangère
l'IFRI vous conseille également
Mots-clés
AKP Islam politique Libéralisme Turquie