Publié le 29/06/2020

Claire DEMESMAY

C’est dans un contexte de crise aiguë liée à la pandémie de Covid-19 que s’ouvre, le 1er juillet 2020, la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne. Entre défis inédits et contraintes d’organisation, l’Allemagne aborde sa présidence dans un contexte marqué par de fortes attentes de ses partenaires européens.

Cette note vise à présenter les objectifs que s’est fixé Berlin et les marges de manœuvre dont l’Allemagne dispose. Après avoir présenté les priorités remaniées de la présidence allemande dans un contexte de crise, elle revient sur le débat sur l’indépendance stratégique et, dans cette perspective, sur la relation avec la Chine. Pour finir, elle analyse les conditions du leadership allemand alors que le gouvernement fédéral fait face à des attentes contradictoires de ses partenaires : elle se concentre plus précisément sur la coopération franco-allemande.

Claire Demesmay dirige le programme « France/Relations franco-allemandes » de l’Institut allemand de politique étrangère (Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik, DGAP) à Berlin. Avant de rejoindre la DGAP en 2009, elle a travaillé à la chaire d’études françaises et francophones de l’Université technique de Dresde (1998-2002), puis comme chercheuse au Comité d’études des relations franco-allemandes (Cerfa) à l’Institut français des relations internationales (Ifri) à Paris (2002-2009). Ses recherches portent sur la coopération franco-allemande en matière de politique européenne, ainsi que sur la politique étrangère de la France et de l’Allemagne.