18
mai
2021
Espace Média L'Ifri dans les médias
Laurence NARDON, citée par Anne-Bénédicte Hoffner dans La Croix

Conflit israélo-palestinien  : Netanyahou pris en étau entre son électorat et les pressions américaines

Alors que le conflit entre Israël et Gaza entre dans sa deuxième semaine, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a élevé la voix contre son allié hébreu. Mais Benyamin Netanyahou a besoin de se maintenir au pouvoir.

La Croix

Le temps de la désescalade est-il venu entre Israël et Gaza ? Après une nouvelle nuit de terreur, entre dimanche 16 et lundi 17 mai, marquée par des bombardements israéliens intensifs sur la bande de Gaza et des roquettes tirées par le Hamas et le Djihad islamique, les pressions internationales s’intensifient sur les belligérants. En une seule semaine, le conflit affiche déjà un lourd bilan : 198 Palestiniens tués - dont au moins 58 enfants -, plus de 1 300 blessés et 40 000 déplacés, ainsi que dix Israéliens tués - dont un enfant -, et 294 blessés.

Les Etats-Unis s’étaient contentés, jusqu’ici, de rappeler « le droit d’Israël à se défendre », opposant leur véto à toute résolution du Conseil de sécurité de l'ONU. Mais lundi, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a interpellé son allié hébreu au sujet de la destruction, le samedi précédent, d’un immeuble de Gaza abritant des médias internationaux - dont le siège de l’agence américaine Associated Press -, lui demandant des « précisions » sur la « justification » de cette frappe. Il a également appelé les deux camps à « protéger les civils et particulièrement les enfants », ajoutant que l’État hébreu a, « en tant que démocratie », un « devoir particulier » en la matière.

Les juifs américains de plus en plus sévères à l’égard d’Israël

Il s’agit d’un très léger changement de ton, témoin des intenses débats en vigueur au sein même du camp démocrate américain. « Les États d’apartheid ne sont pas des démocraties », a asséné, ce week-end sur Twitter, la bouillonnante représentante Alexandria Ocasio-Cortez. Dimanche soir, 28 sénateurs démocrates, menés par leur collègue - juif - de Géorgie, Jon Ossof, ont publié une déclaration appelant à un cessez-le-feu. « Les juifs américains - largement démocrates - se montrent solidaires d’Israël en temps de crise. Depuis quelques jours, ils se montrent de plus en plus sévères à son égard », constate l’historienne Frédérique Schillo.

  • Ces prises de position mettent le président américain Joe Biden en porte-à-faux, tiraillé entre une aile centriste « attachée à la défense des droits de l’homme, de la liberté et de la démocratie » et une « aile gauche plus sensible à l’égalité et à la justice sociale », analyse Laurence Nardon, responsable du programme Amérique à l’Ifri. 
  • « Jusqu’ici, il avait plutôt réussi à ménager la chèvre et le chou. Mais le conflit israélo-palestinien fait ressortir les antagonismes, ce qui explique son refus de s’impliquer ».

Un autre facteur explique sans doute la retenue américaine : les négociations qui se tiennent en ce moment même à Vienne, en vue d’un éventuel retour des États-Unis dans l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien. « Joe Biden veut absolument aboutir, et les efforts qu’il déploie en ce sens indisposent déjà fortement Netanyahou, indique le géopolitologue Bertrand Badie. Y ajouter une condamnation des opérations en cours reviendrait à faire avaler deux couleuvres à la fois au premier ministre israélien. Impossible ».

Netanyahou a besoin d’une image de victoire

Indéniablement, les mots de la Maison-Blanche seront soigneusement pesés par les autorités israéliennes. Celles-ci doivent désormais mesurer ce qu’elles ont à gagner sur le plan militaire - en termes de destruction du réseau de tunnels du Hamas et d’élimination de ses dirigeants - et à perdre en termes d’image internationale, alors que les clichés des destructions et des civils sortis, morts ou vivants, des décombres se multiplient.

Mais en Israël aussi, le conflit est devenu une question de politique intérieure. Alors que les négociations en vue de la formation d’un gouvernement d’alternance mené par Yaïr Lapid ont été interrompues, Benyamin Netanyahou a repris espoir quant à son avenir personnel. « Benyamin Netanyahou, qui s’est mué en chef de guerre ces derniers jours, a besoin d’une image de victoire, observe Frédérique Schillo. Il sait que les négociations sur le futur gouvernement, ou les élections si elles échouent, se préparent dès aujourd’hui. Or son électorat, et en particulier les habitants des villes proches de la bande de Gaza qui vivent depuis 2001 sous la menace des roquettes du Hamas, le pousse à poursuivre le travail. »

L’ONU sollicitée pour une aide d’urgence à Gaza

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé, lundi 17 mai, une aide d’urgence à plus de 51 000 personnes à Gaza. « Pour les personnes qui ont perdu ou fui leur maison, l’un des besoins les plus pressants en ce moment est la nourriture », explique Samer AbdelJaber, représentant du PAM et directeur national en Palestine. « Le moyen le plus rapide et le plus efficace de leur venir en aide est de leur fournir de l’argent, sous forme de bons d’achat électroniques ». La fermeture des points de passage vers Gaza pourrait toutefois provoquer une pénurie de produits de base, y compris de nourriture, et faire grimper les prix des denrées alimentaires.

Copyright La CroixAnne-Bénédicte Hoffner

>> Lire l'article sur le site de La Croix.

 

Mots-clés
Conflit israélo-palestinien Joe Biden Parti démocrate Etats-Unis