17
jan
2018
Espace Média L'Ifri dans les médias
L'appel de Londres, un tag resté sur les murs du pont d'autoroute situé juste à côté de l'ancienne jungle de Calais.
Matthieu TARDIS, cité par Lise Verbeke sur France Culture

Pourquoi les migrants continuent de rêver d'Angleterre

Environ 600 migrants sont toujours à Calais dans l’espoir de traverser la Manche pour rejoindre l’Angleterre. Un "London calling" qui les pousse à prendre d’énormes risques. Même s’ils sont moins nombreux, pourquoi le Royaume-Uni attire encore et toujours ?

France Culture

Emmanuel Macron a choisi Calais pour son premier déplacement sur l’immigration, ville emblématique de la crise migratoire. Le Président a rencontré ce mardi des élus, des associations, des migrants en plein débat sur le projet de loi destiné à réformer la politique migratoire et le droit d’asile en France. Avant d’aller à Londres ce jeudi, il devrait avec son homologue Theresa May annoncer des mesures pour "compléter les accords du Touquet", selon l'Elysée. 
 

A Calais, plus d’un an après le démantèlement de la jungle, environ 600 migrants sont éparpillés dans la nature pour essayer chaque nuit de monter clandestinement à bord d’un camion qui traverse la Manche. Sans compter les autres migrants qui tentent leur chance depuis d’autres ports, Ouistreham, Cherbourg, ou encore Zeebruges en Belgique. Ils rêvent toujours d’Angleterre à tout prix. Pourquoi le Royaume-Uni reste-t-il un objectif pour les migrants depuis la fin des années 1990 ?
 

Des raisons économiques et un "path dependance"

Les premiers réfugiés arrivent en 1999 dans le nord de la France, suite à la guerre qui a éclaté au Kosovo. Les migrants sont environ 200, dans un camp de fortune à Sangatte, à 10 kilomètres de Calais, et ont pour objectif l’Angleterre. "Ensuite sont arrivés des Afghans, des Irakiens", explique Virginie Guiraudon, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des politiques d’immigration européennes. "Dans les années 2000, les explications à ‘pourquoi l’Angleterre ? ‘ sont assez évidentes. La situation économique en Grande-Bretagne était plutôt favorable, mais aussi, à cause du fonctionnement du marché du travail, ultra-libéral, car il y a moins de contrôles de l’immigration irrégulière, c’est plus facile de trouver un petit travail. Il y avait aussi le fait, et c’est encore le cas aujourd’hui, que les migrants avaient des familles, des réseaux, ils avaient un point de chute en arrivant. " 
 

A cela s’ajoute la connaissance de la langue anglaise, les migrants sont originaires d’anciennes colonies ou de pays liés au Royaume-Uni. "C’est ce qu’on appelle en sciences politiques, le path dependance, la dépendance au sentier", analyse la chercheuse, "une fois que cela s’est mis en place, les informations circulent, quand quelqu’un que l’on connaît a réussi, on a de la famille là-bas, donc on se dit 'on va quand même y aller'." 
 

Le même phénomène s’est reproduit lorsque la jungle de Calais s’est constituée quelques années plus tard. En 2014, le Secours catholique a publié un rapport intitulé "paroles d’exilés à Calais". L'association a interrogé 54 migrants, représentatifs de la jungle, sur les raisons de leur émigration. La langue en fait partie, mais on retrouve aussi la dépendance au sentier dans leurs réponses. Parmi les pistes de travail préconisées par le Secours Catholique : 

Apporter une information claire et objective sur les conditions de vie et de travail en France et en Grande-Bretagne, pour renseigner les exilés mais aussi déconstruire certaines de leurs représentations erronées. 

  • Par exemple, beaucoup de migrants ne savent pas que "les coupures budgétaires du système d’asile britannique ont été extrêmement importantes depuis 2008", analyse Matthieu Tardis, chercheur au Centre migrations et citoyennetés de l’Ifri.
     
  • "Le système d’accueil est dans un état déplorable. Il a été finalement sous-traité à des entreprises privées, c’est devenu un marché comme un autre, là où en France, ce sont les associations qui s’en occupent. Sans parler de la politique de détention des étrangers, qui est assez étonnante pour le pays que l’on appelle pays des libertés. C’est-à-dire que la durée de détention des étrangers dans les centres de rétention est illimitée, certaines personnes y sont depuis des années". 
     

Quid aujourd’hui ? 

Si le modèle économique libéral anglais continue d’attirer les migrants, Virginie Guiraudon, spécialiste des politiques d’immigration, admet : 

Ce qui est plus difficile à comprendre aujourd’hui, c’est qu’il y a eu malgré tout en Angleterre une politique très restrictive et un climat extrêmement xénophobe, surtout lors du référendum sur le Brexit, donc on aurait pu penser que moins de gens tenteraient d’y aller. Pourtant, il y en a toujours qui essaient de traverser la Manche, même s’ils sont moins nombreux. 

Est-ce plus facile d’obtenir l’asile au Royaume-Uni ?

Selon Adrian Randall, historien anglais et responsable au début des années 2000 des demandeurs d’asile au Conseil municipal de Birmingham, "en 1999, il y a eu 70 000 nouvelles demandes mais seulement 20 000 décisions, parmi lesquelles 10 000, la moitié, ont obtenu un titre de séjour. L’année suivante, il y a eu 76 000 nouvelles demandes et 110 000 décisions, parmi lesquelles à peine 20% ont obtenu un titre de séjour." Ces demandeurs d’asile se sont retrouvés dans des logements situés dans des régions en crise, au nord de l’Angleterre par exemple, "là où les frais d’habitation sont moindres. De plus, ces villes ne connaissaient pas toujours la diversité ethnique et n’étaient pas toujours aptes à accueillir de nouvelles nationalités et cultures." 

18 ans plus tard, les demandes d’asiles ont fortement baissé. En 2017, selon le Home Office, l’organisme britannique en charge de la lutte contre l’immigration illégale, "il y a eu 15 618 demandes d'asile, contre 15 433 l'année précédente". Une demande sur quatre a abouti. La majorité des demandeurs sont iraniens, puis pakistanais, irakiens, bangladais et soudanais. Le Home Office a établi un graphique détaillant les demandes d’asiles depuis 2001 au Royaume-Uni :   

Document du Home Office

Document du Home Office

En comparaison avec les autres pays européens, en 2016, la France a reçu un peu moins de 77 000 demandes d’asiles (28 755 ont abouti). L’Allemagne, 722 000 (la moitié a abouti).   

  • Pour autant, "les procédures d’asiles sont difficilement comparables d’un pays à l’autre", explique Matthieu Tardis, chercheur au Centre migrations et citoyennetés de l’Ifri. "De plus, à ma connaissance, beaucoup de personnes qui arrivent à traverser la Manche, quand elles arrivent au Royaume-Uni, restent en situation irrégulière et ne vont pas forcément voir les autorités et restent dans leur communauté qui les aide."

La chercheuse Virginie Guiraudon ajoute "qu’en Angleterre, il est plus facile d’être "invisible", il y a beaucoup moins de contrôle". 

Quelle politique migratoire entre le Royaume-Uni et la France ?

La réalité est donc que le Royaume-Uni reste attractif pour les migrants. A Calais, chaque nuit, des dizaines d'entre eux guettent sur les aires d'autoroute les camions qui partent vers l'Angleterre et tentent de monter à bord. Ils sont peu à y arriver, car depuis 2003, la frontière anglaise est à Calais, suite aux accords du Touquet qui ont pour objectif de renforcer les contrôles au départ de la France pour le Royaume-Uni avant de quitter le continent. 
 

La Commission nationale consultative des droits de l'homme dénonce depuis 2005 le fait que la France est devenue le bras de la politique migratoire britannique. Le protocole d'accord du Touquet prévoit notamment dans son article 7 que la France a l'obligation de reprendre les migrants dont la Grande-Bretagne ne voudrait pas.
 

Ce jeudi, Emmanuel macron et Theresa May devraient annoncer un "nouveau traité" pour "compléter les accords du Touquet" sur la gestion des migrants qui veulent aller au Royaume-Uni. Ces engagements, "encore en cours de finalisation", formeront "un nouveau traité" franco-britannique qui portera principalement sur les mineurs isolés, les demandes d'asile, et le regroupement familial "avec des engagements précis de délais pour examiner les demandes en quelques jours". Parallèlement, les deux dirigeants annonceront un volet financier, sur lequel Paris et Londres négocient encore, qui prévoit une contribution "importante" de la Grande-Bretagne à la France notamment au titre du développement économique de la région de Calais.

 

Voir l'article sur le site de France Culture

 

l'IFRI vous conseille également
Mots-clés
crise des migrants