31
mai
2020
Espace Média L'Ifri dans les médias
Paul MAURICE, cité par André Duchiade dans O Globo. Article publié en portugais

Merkel abandonne les dogmes économiques, fait volte-face et tend la main à l'UE

Angela Merkel a transgressé les vieux tabous allemands lorsque, lors d'une conférence de presse avec Emmanuel Macron le 18 mai, elle a annoncé le plan d'un fonds de relance de l'économie européenne de 500 milliards d'euros. En autorisant l'émission d'une dette mutualisée, l'Allemagne favorise le transfert de ressources entre les pays riches du Nord et les plus pauvres du Sud. Il reste à voir si cela est suffisant.
o_globo.jpg

Berlin s'est toujours opposé à l'émission de dettes au nom de l'Union européenne, car elle a compris que son fardeau retomberait sur les États les plus riches, au profit des plus pauvres. C'est pourtant exactement l'objectif de l'initiative franco-allemande, qui va encore plus loin et propose de transférer des ressources aux pays qui ont le plus souffert de la pandémie sous forme de subventions et non de prêts - c'est-à-dire de dons purs et simples.

Célébré par beaucoup comme un tournant historique, le plan a surpris même M. Macron, l'habituel défenseur de la coopération européenne, et a fait naître l'espoir d'une UE plus intégrée et plus solidaire. Malgré l'union monétaire, avec l'adoption de l'euro en 1999, il n'y a jamais eu d'union fiscale en Europe, un vieux motif de plainte des pays du Sud, plus pauvres et plus endettés que ceux du Nord, riches et austères. Cette fois, si les conditions proposées se réalisent, la Commission européenne, l'organe exécutif de l'UE, obtiendra elle-même des prêts sur le marché, qui seront distribués aux régions les plus touchées et payés à long terme par tous les États membres dans le cadre du budget normal de l'Union.

Des facteurs allant d'un principe de solidarité européenne à l'intérêt le plus pur de Berlin, en passant par le souci de Merkel pour son héritage et l'évolution de la pensée économique allemande, ont convergé vers ce revirement, soulignent les spécialistes interrogés par O Globo.

[…]

Dans le domaine politique également, le contexte interne est favorable au projet, a déclaré Paul Maurice, chercheur en relations franco-allemandes à l'Institut français des relations internationales (Ifri) à Paris. La gestion de la pandémie par Mme Merkel a été approuvée par plus de 70 % des Allemands : - « C'est le moment où Mme Merkel est la plus forte depuis les dernières élections », a déclaré M. Maurice. Il a également souligné qu'il y a des raisons économiques, car « l'Allemagne a besoin des pays du Sud pour exporter ses produits ». 

[…]

>> Voir l'article original paru en portugais sur le site du journal brésilien O Globo : « Merkel abandona dogmas econômicos, faz meia-volta e estende a mão para a UE ».

Mots-clés
Angela Merkel Coopération franco-allemande Politique européenne de l'Allemagne politique intérieure allemande Union européenne Allemagne Europe France