16
mai
2018
Espace Média L'Ifri dans les médias
Laurence NARDON, chronique pour l'hebdomadaire Réforme

Le prix Nobel de la paix pour Donald Trump ?

Donald Trump a été proposé pour le prix Nobel de la paix pour son rôle dans le traitement de la crise nucléaire avec la Corée du Nord.

logo-reforme-journal_petit.jpg

On se souvient que le président Obama avait reçu le prix Nobel de la paix en octobre 2009. Attribué en quelque sorte « à l’avance » au premier président métis, et qui succédait à une présidence très controversée, ce prix semble rétrospectivement peu mérité. En effet, le bilan de politique étrangère du président démocrate, entre la dégradation de la situation en Irak et en Syrie et le pivot manqué vers l’Asie, reste en demi-teinte.

Il n’en est pas moins ironique de voir que l’on parle désormais d’attribuer le même prix Nobel de la paix à Donald Trump pour les avancées qu’il est en train de réaliser sur le dossier nord-coréen.

Début mai, 18 membres républicains du Congrès ont écrit au comité Nobel à Oslo pour soumettre la candidature du président, une proposition approuvée par le président de la Corée du Sud.

Dans cette deuxième année de mandat, le président Trump redouble d’inflexibilité dans la conduite d’une politique étrangère nationaliste et unilatéraliste. Le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire avec l’Iran et le déplacement de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem indiquent que le successeur d’Obama cherche avant tout à plaire à sa base électorale conservatrice, au risque d’embraser encore plus le Moyen-Orient. La nomination de Mike Pompeo au Département d’État et de John Bolton au poste de conseiller pour la sécurité nationale confirment ce durcissement.

En mettant en place une politique de sanctions renforcées et en menaçant de frappes la Corée du Nord, Trump a appliqué une stratégie de pression maximale qui a bel et bien convaincu les Nord-Coréens de revenir à la table des négociations. La rencontre entre Trump et Kim Jong-un aura lieu le 12 juin à Singapour. Cette rencontre au plus haut niveau est une victoire pour le leader nord-coréen en quête de reconnaissance.

Acceptera-t-il pour autant la dénucléarisation « complète, rapide et vérifiable » qu’exige Washington ? Tout dépendra de ce qu’il peut obtenir en échange : traité de paix avec la Corée du Sud, départ des forces américaines de la péninsule, maintien du régime de dictature communiste héréditaire. Il faut souhaiter le succès au négociateur coriace et foutraque de la Maison Blanche.

Lire cette chronique sur Réforme

Mots-clés
Donald Trump Kim-Jong-Un Corée du Nord