picto-zonegeo_afrique.png

Thierry VIRCOULON

Chercheur associé, Centre Afrique Subsaharienne de l'Ifri


Domaines d'expertise : 

  • Analyse de risques et conflits
  • Réforme du secteur de la sécurité
  • Gouvernance des ressources naturelles
  • Afrique centrale, Afrique australe, région des Grands Lacs
  • Relations entre la Chine et l'Afrique

 

 

Consultant indépendant, Thierry Vircoulon est associé à l'Ifri depuis 2006. Il coordonne l'Observatoire de l'Afrique centrale et australe de l'Ifri et collabore avec le Global Initiative against Transnational Organised Crime (Afrique du Sud). Depuis 20 ans, ses travaux portent sur les conflits, les questions de sécurité et de gouvernance en Afrique. Il est l'auteur de plusieurs livres sur l'Afrique du Sud et la République démocratique du Congo.

Diplomé de l'Ecole Nationale d'Administration et de la Sorbonne, Thierry Vircoulon a enseigné un cours de master sur les enjeux de sécurité en Afrique Sub-Saharienne à Sciences-Po et a travaillé pour le Ministère des affaires étrangères et la Commission européenne sur le continent africain, notamment en Afrique du Sud, au Kenya et en République Démocratique du Congo. 

Toutes mes publications
Tous mes médias
29/10/2017
Par : Thierry VIRCOULON, interviewé par Laurent Ribadeau Dumas pour Geopolis/Francetvinfo

Arrivé à Bangui le 24 octobre 2017, le secrétaire général de l’ONU Alexandre Guterres a estimé que «la communauté internationale ne s'engage pas suffisamment (…) pour aider» la Centrafrique. La situation dans ce pays est décrite comme chaotique. Entretien avec Thierry Vircoulon

16/05/2017

Alors qu’au lendemain du coup d’Etat de 2013, le pays s’en est remis successivement aux bons offices de la force de l’Union africaine, de la force française Sangaris, puis de la Minusca, bon nombre de Centrafricains réclament la remise sur pied de leur armée nationale, dans un pays plus que...

02/05/2017
Par : Thierry VIRCOULON, interviewé sur France 24

En Centrafrique, à 400 km au nord de Bangui, se trouve le camp de Batangafo. C’est là qu’ont trouvé refuge plus de 27 000 déplacés de la crise de 2013. Un refuge bien incertain tant la zone est dangereuse, notamment pour les femmes. Musulmanes ou chrétiennes, elles vivent sous la menace...