30
sep
2021
Espace Média L'Ifri dans les médias
Marie KRPATA , citée par Denisa Ballová dans DennikN. Article paru en slovaque

Il avait 12 ans lorsque Merkel est entrée en politique. Macron veut remplacer la chancelière sortante à la tête de l'Union européenne (UE)

Le président français veut prendre la tête de l'UE avant les élections de l'année prochaine. Mais son approche offensive à l'égard des États-Unis ou sa façon de traiter les pays européens ne l'aideront pas forcément.

dennik_n.png
Pendant les 16 années où Angela Merkel a été chancelière de l'Allemagne, la France a eu quatre présidents. Jacques Chirac lui baise la main lors de leur rencontre, chaleureusement accueillie par Nicolas Sarkozy, elle a eu une relation plutôt tiède avec François Hollande et une relation un peu compliquée avec l'ambitieux Emmanuel Macron.
 
En 16 ans, elle n'a pratiquement pas changé, pas plus que sa coiffure ou ses gestes.
 
"Merkel, par exemple, a la qualité de ne jamais dormir, ce n'est pas un problème pour elle. Je me souviens surtout des nuits de négociations avec Vladimir Poutine", a déclaré l'ancien président François Hollande dans un documentaire français sur la chancelière allemande. "Je voulais l'interrompre, mais Merkel a dit - non, non, nous devons continuer."
 
Alors que les négociations se poursuivent en Allemagne sur la formation d'un gouvernement et d'un successeur à la chancelière sortante, on parle en France de savoir si Emmanuel Macron va profiter de cette période pour prendre la tête de l'Union européenne.
 
Malgré la défense
 
À l'approche des élections fédérales allemandes, les analystes ont commencé à discuter de l'identité du nouveau dirigeant européen. Une grande partie de l'attention s'est portée sur la France. Certains ont affirmé que le président français Emmanuel Macron attendait dans les coulisses l'occasion de remplacer la chancelière et de faire de la France une superpuissance dans la région.
 
Selon Marie Krpata, experte des relations franco-allemandes, Macron va certainement essayer de le faire. Il profitera notamment du premier semestre de l'année prochaine, lorsque la France prendra la présidence du Conseil de l'UE, pour le faire.
 
"Cela donnera à Macron d'excellentes chances de prendre la tête de l'Europe", estime Marie Krpata. La présidence française a des sujets importants à son ordre du jour, dit-elle, notamment la défense de l'UE. C'est la clé pour Macron.
 
Il faut voir dans quelle mesure et de quelle manière les autres États membres seront tentés par cette idée."
 
[...]
  • "Le futur tandem franco-allemand sera unique dans la mesure où Macron aura une meilleure position vis-à-vis de son homologue allemand que lorsqu'il avait à ses côtés Angela Merkel, plus expérimentée car en poste depuis 2005, alors que lui a pris ses fonctions en 2017", explique Marie Krpata.

[...]

  • "Scholz a pu mettre à profit son expérience de vice-chancelier et de ministre des finances, qui lui a permis de communiquer avec son homologue français Bruno Le Maire ou le commissaire européen Thierry Breton", explique Marie Krpata.

[...]

Offensive envers les États-Unis
 
Macron, quant à lui, pourrait ne pas s'appuyer immédiatement sur le succès de Merkel au sein de l'UE. Selon une enquête menée par le Conseil européen des relations étrangères dans 12 pays de l'UE, une majorité de personnes interrogées se sont montrées sceptiques à l'égard de M. Macron et de ses ambitions d'égaler les compétences de leadership de Mme Merkel.
Selon les résultats de l'enquête, 41 % des personnes interrogées (y compris les Français) ont voté pour Merkel en tant que leader de l'UE, tandis que seulement 14 % voteraient pour Macron. Pourquoi le soutien de Macron est-il si faible ?
 
Tout d'abord, Mme Merkel a eu beaucoup plus de temps que M. Macron pour s'affirmer au sein de l'UE et consolider son leadership. Malgré les crises qui ont secoué l'Union depuis 2005, elle a agi de manière unificatrice à plusieurs reprises.
 
Enfin, son expérience politique l'a particulièrement aidée. Elle est entrée en politique allemande peu après la chute du mur de Berlin, alors que Macron n'avait que 12 ans.
 
Alors que le président français, depuis son élection à l'Élysée en 2017, a exposé une vision ambitieuse de l'Union européenne et a régulièrement utilisé des mots comme "renouveau" ou "renaissance" de l'UE à son sujet, Angela Merkel s'est concentrée sur l'amélioration de l'UE au quotidien. Cela s'est avéré crucial en période de crises, qu'il s'agisse de crises financières, migratoires ou de la situation après l'annexion de la Crimée, de la montée du populisme après le Brexit et, enfin, après l'apparition de la pandémie de coronavirus.
 
  • Marie Krpata souligne également qu'au plus haut niveau européen, beaucoup ne sont peut-être pas à l'aise avec le style de M. Macron.

[...]

 

 

 
 
Mots-clés
Conseil de l'Union européenne élection européennes Election présidentielle française 2022 Emmanuel Macron Allemagne France Union européenne