06
déc
2018
Notes de l'Ifri Potomac Papers
Ivana OBRADOVIC

La crise des opioïdes aux États-Unis. D’un abus de prescriptions à une épidémie aiguë Potomac Paper, n° 35, décembre 2018

La mortalité par abus de médicaments antidouleur (painkillers) constitue aujourd’hui une problématique majeure aux États-Unis. Depuis 2000, la consommation d’opioïdes – sous forme légale, détournée ou illégale – a causé plus de 300 000 décès par surdose, donnant lieu à une crise sanitaire sans précédent. 

couv_potomac35_page_1.jpg
La crise des opioïdes aux États-Unis. D’un abus de prescriptions à une épidémie aiguë. Potomac Paper n°35 Télécharger
1.33 Mo

La crise des opioïdes est responsable de plus des deux tiers des 72 000 décès par surdose aux États-Unis en 2017. 

L’épidémie a débuté dans les années 1990, lorsque la prescription des antidouleurs à base d’opioïdes, jusqu’alors réservés au traitement des cancers, a été élargie à tous les types de douleur chronique, ouvrant la voie aux stratégies commerciales des firmes pharmaceutiques productrices d’oxycodone. Au début de l’épidémie, les populations touchées sont celles qui ont les moyens de consulter un médecin : adultes de moins de 50 ans issus des classes moyennes, actifs, majoritairement blancs, résidant dans les Etats ruraux (notamment de la Rust Belt), hommes et femmes confondus. Puis, rapidement, l’effet d’accoutumance aux opioïdes a poussé ces patients à détourner l’usage des médicaments prescrits et à rechercher d’autres sources d’approvisionnement. Si les pouvoirs publics ont commencé à restreindre l’accès aux opioïdes légaux à partir de 2010, cela n’a pas empêché les usagers de se tourner vers des opioïdes illégaux : d’abord l’héroïne, vendue sur le marché noir par les cartels mexicains, puis, à partir de 2013, des opioïdes de synthèse plus puissants, notamment le fentanyl puis le carfentanyl, fabriqués par des laboratoires chinois et vendus sur internet. Le report sur ces autres produits a contribué à démultiplier le nombre de surdoses mortelles. 

À la différence de l’épidémie de crack dans les années 1980, dont les victimes issues des minorités ont fait l’objet de réponses jugées répressives, celles de l’épidémie d’opioïdes ont d’emblée été présentées comme des victimes auxquelles l’État doit apporter une réponse thérapeutique. Ainsi l’état d’urgence sanitaire a-t-il été proclamé en octobre 2017 par le président Trump. Un budget de six milliards de dollars a été dégagé pour permettre une prévention renforcée ainsi qu’un meilleur accès aux traitements de substitution et à la Naloxone, un antidote efficace en cas de surdose. Si certains laboratoires pharmaceutiques ont été lourdement condamnés, cette judiciarisation s’est accompagnée d’un effort de sensibilisation des médecins, incités à ne plus prescrire aussi facilement les opioïdes. 

L’épidémie, qui s’est élargie à toutes les catégories sociales, ne donnait pas de signes de ralentissement en 2017. Les estimations tablent sur au moins 500 000 décès de plus dans les années à venir.

 

ISBN / ISSN: 
978-2-36567-951-0