07
mai
2019
Espace Média L'Ifri dans les médias
Victor MAGNANI, cité par Léa Masséguin dans Jeune Afrique.

Afrique du Sud : la question raciale au cœur des élections

Un quart de siècle après la fin de l'apartheid, la question raciale est encore marqueur politique fort entre les trois principaux partis sud-africains.

Jeune Afrique.png
  • « La notion de réconciliation annoncée à la fin de l’apartheid est encore questionnée aujourd’hui car elle n’est pas opérationnelle. Les populations qui étaient défavorisées sous le régime d’apartheid, essentiellement noires, le sont encore aujourd’hui », analyse Victor Magnani, chercheur à l’Institut français des relations internationales (Ifri).

 

À la veille des élections générales de ce mercredi 8 mai, la question raciale « reste très influente dans la manière dont les Sud-Africains votent et a donc impact dans la façon dont les partis mènent leur politique », confirme Gareth van Onselen, chef du service « Politique et Gouvernance » de l’Institut sud-africain des relations entre les races (IRR).

Tour d’horizon des discours, promesses et postures politiques des chefs des trois principaux partis en lice sur cette question toujours cruciale, qui reste profondément clivante dans la société sud-africaine contemporaine.

Cyril Ramaphosa (ANC), l’ex-dauphin de Mandela héritier d’une réforme agraire inachevée

« Le Caméléon ». « L’ambitieux ». « L’homme du changement »… Les qualificatifs ne manquent pas pour définir celui que Nelson Mandela avait décrit comme « l’un des hommes politiques les plus doués de sa génération ».

Depuis qu’il a pris la tête de l’ANC, en décembre 2017, puis du pays, deux mois plus tard, l’homme originaire de Soweto, berceau de la lutte contre l’apartheid, s’efforce de rompre avec le passé du parti, tout en redonnant des couleurs au rêve de nation « arc-en-ciel ».

(...)

Lire tout l'article sur Jeune Afrique.

 

Mots-clés
Elections Afrique du Sud South Africa