30
mai
2024
Espace Média L'Ifri dans les médias
Le Président ukrainien Volodymyr Zelenskyy et le Premier ministre belge Alexander De Croo, lors d'une conférence de presse après la signature d'un accord bilatéral de sécurité, Bruxelles - 28 mai 2024
Léo PÉRIA-PEIGNÉ, dans "Les enjeux internationaux" sur France culture

Des missiles occidentaux pour frapper la Russie : Paris lève le tabou

Emmanuel Macron a franchi un nouveau cap dans le soutien militaire à l’Ukraine. Ce mardi 28 mai, le chef de l’État s’est dit prêt à lever le véto qui interdit l'utilisation d’armes occidentales pour frapper le sol russe.

logo_france_culture.png
Un feu vert réclamé par Volodimir Zelenski, alors que la Russie a ouvert un nouveau front au nord et progresse dans le Donbass. Jusqu’à présent, Européens et Américains s’étaient toujours opposés à cette demande. Si le sujet divise toujours profondément les soutiens de Kiev, le tabou semble levé.
 
InvitéLéo Péria-Peigné Chercheur au Centre des études de sécurité de l’IFRI (Institut français des relations internationales)
 

Un enjeu stratégique

Pour Léo Péria-Peigné, chercheur au Centre des études de sécurité de l’Institut français des relations internationales et spécialiste des questions d’armements, nous sommes à "un moment pivot". En soutenant cette proposition, la France rejoint l’Angleterre, la Suède ou encore la Pologne, alors que l’Allemagne et les États-Unis restent dubitatifs sur son bien-fondé. Tactiquement, être en capacité de viser le territoire russe est "indispensable" explique le chercheur.

"Les Ukrainiens l'ont déjà fait avec leurs propres armes contre la base navale de Novorossiïsk, des bases aériennes ou des raffineries. Les Russes attaquent par le nord en envoyant leurs troupes sur le territoire ukrainien mais gardent leur appui feu – canons et lance-roquettes - derrière la frontière pour les mettre à l'abri des ripostes ukrainiennes."

Aussi, l’usage d’armes à longue portée sur ces cibles permettrait d’affaiblir l’offensive russe.

Une guerre avant tout d’équipement

À mesure que la guerre s'éternise, la capacité des Ukrainiens à tenir face aux assauts répétés des Russes, supérieurs en nombre et en équipement, inquiète leurs alliés. Pour autant, l’ascendant matériel russe ne se traduit pas en victoires stratégiques pour le Kremlin, affirme Léo Péria-Peigné. Si leurs avancées sont "indéniables, ils restent très légers au niveau tactique pour progresser dès qu’ils trouvent une opposition en face." Le conflit en cours relève donc avant tout d’une question d’armement. "La Russie est encore assise sur des stocks soviétiques et compte sur les contributions nord-coréennes et iraniennes" lesquelles lui permettent d’économiser des troupes et de maintenir la pression sur Kiev. À ce titre, l’évolution de l'armement, et notamment des drones dans les prochaines années, sera déterminante dans le rapport de force, assure le chercheur.

 

> Écouter l'émission sur le site de France culture

 

Mots-clés
aide militaire guerre en Ukraine Etats-Unis France Russie Ukraine