05
sep
2016
Politique étrangère Articles de Politique étrangère
Joao Augusto de CASTRO NEVES, Bruno REIS

Brésil : plus dure sera la chute Politique étrangère, vol. 81, n° 3, automne 2016

Au cours des années 2000, l'économie brésilienne a décollé, la croissance étant notamment tirée par la forte demande en matières premières de la Chine. En une décennie, la classe moyenne brésilienne est passée de 30 % à 50 % de la population.

PE3-2016_cover

Les dirigeants politiques ont connu des taux de popularité exceptionnels. En 2013, le vent a tourné. Le taux de croissance est aujourd'hui en berne et la classe politique est engluée dans des scandales de corruption. Un rebond du Brésil est toutefois possible.

 

PLAN DE L'ARTICLE

- La fin de l'essor des matières premières

* L'ascension

* La chute

- La "nouvelle classe moyenne"

* Corruption

* Sentiment antipolitique

* Le Brésil submergé ?

 

Joao Augusto de Castro Neves, docteur en science politique de l'université de Sao Paulo, est directeur du département Amérique latine d'Eurasia Group.

Bruno Koltai Reis, docteur en économie de l'université de Sao Paulo et titulaire d'un DEA en relations internationales de la Sorbonne, est directeur du bureau d'Eurasia Group au Brésil.

 

Article publié dans Politique étrangère, vol. 81, n° 3, automne 2016.

 

Brésil : plus dure sera la chute
Mots-clés
BRICS supercycle des matières premières Dilma Rousseff Brésil