01
avr
2021
Espace Média L'Ifri dans les médias
Tatiana KASTOUEVA-JEAN, Marc-Antoine EYL-MAZZEGA, cités par Isabelle Lasserre dans Le Figaro

Le gaz russe, redoutable arme géopolitique

Les exportations en ressources énergétiques et le projet Nord Stream sont un moyen pour le Kremlin d'exercer son influence en Europe de perser sur la relation transatlantique. Pour les Américains comme pour les pays d'Europe orientale, le gazoduc est un moyen économique et politique de manipuler les pâys européens et de saper les liens transatlantiques.

le_figaro_logo.jpg

C'est un véritable ultimatum qui a été lancé le mois dernier par le secrétaire d'État, Antony Blinken, aux "entités" engagées dans le projet de Nord Stream 2 qui si elles ne se désengagent pas "immédiatement" du gazoduc russe, se verront imposer des sanctions. Au mois d'avril 2021, c'est le gaz qui cristallise les antagonismes. Tatiana Kastouéva-Jean, spécialiste de la Russie à l'Ifri, explique :

Le premier objectif de Vladimir Poutine, c'est la stabilité du régime. Or c'est le gaz qui est la base économique du régime. Le but du Kremlin est donc de vendre au plus grand nombre et de tout faire pour demeurer le princial fournisseur. Le Russie agit sur les maillons faibles en Europe pour augmenter ses ventes de gaz.

Les meilleurs clients de la Russie sont associés aux projets de diversification des gazoducs, pipelines et autres voies de transport. Et parmis eux, l'Allemagne, son entreprise pétrolière Wintershall et son ancien chancelier social-démocrate Gerhard Schröder, qui jouera un role essentiel dans le développement de Nord Stream.
Marc-Antione Eyl-Mazega, spécialiste de l'énergie à l'Ifri, déclare :

La connection s'établit entre les anciens cadres de l'ex-RDA de Wintershall, connus de la Stasi et des services russes. Schöder s'appuie lui aussi sur ses anciennes connexions d'Allemagne de l'Est. Tous ces gens ont travaillé ensemble dans les années 1990 à Saint Pétersbourg autour de Vladimir Poutine. Entre gens de confiance, ils passent des deals.

Il poursuit : 

À Berlin, on considère que la Russie est un pays dangereux, que les structures de son appareil d'État sont menaçantes. Les dirigeants allemands veulent aider à la modernisation de la Russie pour éviter son effondrement, qui serait synonyme de chaos. En gros, mieux-vaut Poutine et ses élites corrompues que l'anarchie.

Selon lui Nord Stream 2 est conçu comme un "coup de poker",

À ce moment-là, quand l'Ukraine est en proie au chaos, Poutine se dit que tout le monde comprendra qu'il faut éviter l'Ukraine. 

 

[...]

> Lire l'intégralité de l'article sur Le Figaro

 

Mots-clés
Angela Merkel Joe Biden Nord Stream 2 relations énergétiques Vladimir Poutine Etats-Unis Russie Union européenne