12
juin
2022
Espace Média L'Ifri dans les médias

Indépendance de Taïwan : 4 points pour comprendre les tensions avec la Chine

Les tensions entre Pékin et Washington, au sujet de Taïwan, ne faiblissent pas. Le ministre chinois de La Défense a affirmé que la Chine se battrait « jusqu’au bout » pour empêcher l’île de déclarer son indépendance. Comment la situation est-elle devenue si critique ?

la-depeche.png

L'origine des crispations actuelles 
Pékin considère que Taïwan fait partie intégrante de son territoire. Les tensions ont commencé à réellement s’installer au cours de l’année 2021. Au mois de novembre, le ministre de la défense taïwanais déclarait devant le Parlement de l’île que « la situation actuelle est la plus sombre depuis plus de quarante ans ». Depuis le début de l’année, les incursions aériennes chinoises n’avaient cessé de se multiplier et avaient déjà été présentes l’année précédente, en 2020.

La Chine a envoyé, le 10 octobre, jour de Fête nationale à Taïwan, des dizaines d’avions de guerre autour de l’île. Les raisons de cette démonstration de force de la part Pékin sont multiples. France Inter évoquait en mai 2020 la volonté de nombreux Etats occidentaux à intégrer Taïwan comme observateur à l’Organisation mondiale de la santé, notamment pour sa gestion réussie de la pandémie de Covid-19 sur son territoire. Un crédit donné à Taïwan, que la Chine voit comme une menace. Franceinfo rappelait aussi la ligne de la dirigeante taïwanaise, Tsai Ing-wen élue en 2016, est de défendre « l’identité nationale » de l’île.

Le rôle des Etats-Unis 
Ce week-end, à Singapour, le secrétaire d’Etat américain à La Défense, Lloyd J. Austin, a rencontré le ministre de La Défense chinois Wei Fenghe, dans le cadre du dialogue de Shangri-La, un forum su la sécurité régionale. Les deux puissances rejettent la faute sur l’autre : elles se désignent coupable de la crise diplomatique taïwanaise. Le ministre chinois a appelé Washington à « cesser de s’intégrer dans les affaires intérieures de la Chine et à cesser de nuire aux intérêts de la Chine ». Il accuse les Etats-Unis de soutenir Taïwan dans son indépendance, notamment en accélérant les livraisons d’armes à l’île. Wei Fenghe a déclaré : « Ceux qui poursuivent l’indépendance de Taïwan dans le but de diviser la Chine n’arriveront certainement pas à leurs fins. »

Un conflit ancien 
Taïwan était une île chinoise jusqu’en 1895. À partir de cette date, et jusqu’en 1945, elle est occupée par le Japon. Le tournant est réel est celui de 1949, lorsque le communiste Mao Zedong déclare la République Populaire de Chine. Son rival perdant, Tchang-Kai-Chek, se réfugie à Taïwan avec ses soutiens républicains. Subsiste alors sur l’île la République de Chine, qui conservera un statut international. Pourtant, la Chine continue de revendiquer Taïwan, guidée sa volonté nationaliste de « Chine unique », un principe qui signifierait que la République populaire de Chine est la « vraie » Chine, et que Taïwan est une province séparatiste de celle-ci.

Vers une guerre mondiale ?
Lloyd Austin a affirmé que Pékin devait « s’abstenir » de toute nouvelle action déstabilisante dans cette région, selon le Pentagone. Les Etats-Unis soutiennent Taiwan, avant tout pour affirmer leur puissance sur la scène internationale. Des soldats américains sont présents sur l'île depuis l'année dernière. Joe Biden avait affirmé, lors d’une visite au Japon le mois dernier, que Washington défendrait militairement Taïwan si elle était attaquée par la Chine. De son côté, la Chine a indiqué ce vendredi, qu'elle "n'hésitera pas à déclencher une guerre, en cas de déclaration d'indépendance."

Pourtant, une telle situation semble encore peu probable. Le chercheur à l'IFRI (Institut français des relations internationales) Marc Julienne nous confiait, en octobre dernier, que « la Chine n’a pas les capacités militaires aujourd’hui pour reprendre Taïwan. » Il ajoute pourtant que « toutes les guerres ne sont pas rationnelles », et l'exemple récent de l'Ukraine nous le prouve. 

 

> Retrouvez l'article sur le site de La Dépêche.

Mots-clés
Parti communiste chinois Sécurité Chine Taiwan