18
sep
2015
Publications Editoriaux de l'Ifri

Syrie : le pari risqué de Moscou Actuelles de l'Ifri, septembre 2015

L’histoire se répéterait-elle ? En 1956, le coup d’éclat diplomatique de l’URSS lors de la crise de Suez détourna l’attention des Occidentaux de la répression de l’insurrection de Budapest par l’Armée rouge. Six décennies plus tard, l’affirmation russe en Syrie se produit alors même que se fixe le front ukrainien, permettant à Vladimir Poutine de tester la fermeté des Occidentaux tout en ayant les coudées plus franches dans le Donbass.

actuelles_question_syrienne_nocetti_page_1.jpg

La symétrie avec 1956 va plus loin : par leur inconstance dans le conflit syrien, France et Grande-Bretagne sont marginalisées, alors que la campagne libyenne de 2011 les avait remis en selle. Mais, à la différence de Suez, où le vide diplomatique créé par l’intervention tripartite avait été comblé par les États-Unis, la question syrienne ne verra guère une administration Obama, qui a fondé une partie de sa politique extérieure sur son désengagement du Moyen-Orient, s'y réinvestir militairement. Or les relations internationales ont horreur du vide, et l’on voit mal les Russes jouer le rôle de gendarmes dans une région où, eux aussi, peinent à appréhender la complexité des recompositions socio-économiques et politiques, sans compter que le « syndrome afghan » travaille encore l’inconscient des élites politiques et militaires russes.

Le dossier syrien, vu de Moscou, illustre bien davantage qu’un simple soutien à un allié aux abois. L’activisme russe permet d’esquisser cinq enseignements, qui associent étroitement politique étrangère et politique intérieure, positionnement régional et positionnement global.

Tout d’abord un rappel, en apparence ingénu, s’impose : la question syrienne n’est guère simple pour Moscou, et ne l’a jamais été. La relation bilatérale est même historiquement peu commode : Hafez Al-Assad, le père de l’actuel président syrien, a souvent joué de sa situation de dépendance pour imposer sa propre politique régionale, suscitant en retour l’embarras de Moscou. Plus près de nous, la relation bilatérale a été parasitée par le jeu d’Israël visant à empêcher Moscou de livrer ses armements offensifs les plus sophistiqués à Damas. Pour la Russie, préserver sa relation de clientèle avec la Syrie l'expose à braquer ses relations avec Israël et l’Occident. De même, la coopération russo-syrienne est établie depuis plusieurs décennies via des canaux institutionnels éprouvés, qui placent le Kremlin sous l'entière dépendance de liens tissés avec les seuls cadres du régime. Dernièrement, Sergueï Lavrov confiait à Lakhdar Brahimi, l’ancien médiateur des Nations Unies dans le conflit syrien, que la Russie a autant d’influence sur Assad que les États-Unis sur Israël…

Télécharger le document pour lire la suite de l’éditorial :

 

Syrie : le pari risqué de Moscou
Mots-clés
Diplomatie russe Vladimir Poutine Russie Syrie
ISBN / ISSN: 
978-2-36567-449-2