picto-zonegeo_defense.png

Elie TENENBAUM

Chercheur, Directeur du Centre des Études de Sécurité de l'Ifri 


Domaines d'expertise :

  • Guérillas, terrorisme et insurrections
  • Opérations militaires
  • Continuum sécurité-défense
  • Histoire militaire 

 

Élie Tenenbaum est le directeur du Centre des Études de Sécurité de l’Institut Français des Relations Internationales. Agrégé et docteur en histoire, diplômé de Sciences Po, il a été Visiting Fellow à l’Université de Columbia ; il a également enseigné la sécurité internationale à Sciences Po et l’histoire des relations internationales à l’Université de Lorraine.

Il travaille en particulier sur la problématique de la guerre irrégulière, de la lutte contre le terrorisme et des menaces hybrides ainsi que sur la politique de défense française et les opérations militaires. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages d’histoire et de stratégie parmi lesquels son dernier livre, coécrit avec Marc Hecker, La guerre de vingt ans : djihadisme et contre-terrorisme au XXIe siècle, paru chez Robert Laffont en 2021.

Tous mes médias
06/03/2022
Par : Elie TENENBAUM, invité de Carine Bécard et Éric Delvaux dans "L'invité du week-end" sur France Inter

Onze jours après le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la diplomatie peut-être encore avoir de l'influence sur Vladimir Poutine ? Respectivement professeur en études russes et soviétiques à l’Université Rennes II et directeur du Centre des études de sécurité de l'Institut français...

02/03/2022
Par : Elie TENENBAUM, cité par l'AFP dans RTL Info.

Bombardements massifs et destructeurs, accusations de "crimes de guerre" et d'utilisation d'armes prohibées: l'offensive russe en Ukraine commence à évoquer sinistrement pour certains les images des guerres syrienne ou tchétchène, et font craindre le déclenchement du redoutable rouleau...

25/02/2022
Par : Elie TENENBAUM, cité par Olivier Berger dans La voix du Nord.
Puisque la quasi-totalité des gouvernements occidentaux, des experts en géopolitique (et nous-mêmes d’ailleurs) ne croyaient pas à une invasion en bonne et due forme de l’Ukraine par la Russie, l’heure est à l’introspection après la stupéfaction et l'indignation.