Vous êtes ici

Dissuasion et prolifération

Le lancement d'un missile balistique depuis l'eau

A rebours des espoirs nés de la chute du Mur de Berlin voyant dans l’arme nucléaire le symbole d’une ère révolue, ou même des ambitions plus pragmatiques exposées en 2009 dans le discours de Prague de Barack Obama, la perspective d’une élimination des armes nucléaires apparaît lointaine, et en décalage avec les bouleversements géopolitiques profonds que connaît le système international – redistribution de la puissance au profit des pays émergents, avenir incertain du lien transatlantique, rivalités territoriales persistantes et déstabilisation du pourtour méditerranéen et du Moyen-Orient…

Etabli au sein du Centre des études de sécurité de l’Ifri, le programme Dissuasion et prolifération a vocation à éclairer le débat public sur une problématique complexe mêlant des dimensions techniques, régionales, diplomatiques et budgétaires. La place du nucléaire doit être en effet appréhendée dans les équilibres de puissance contemporains globaux et régionaux, ainsi que dans les stratégies des puissances nucléaires comme des candidats éventuels à la prolifération. A cette fin, le programme produit et diffuse des analyses approfondies examinant les postures nationales et les stratégies adossées aux armes nucléaires, les efforts multilatéraux de réduction des arsenaux et de renforcement du régime de non-prolifération, ou encore le développement de capacités stratégiques associées aux missions de dissuasion (frappe stratégique rapide et défense antimissile balistique).

Le programme Dissuasion et Prolifération de l'Ifri anime également, en partenariat avec la Fondation pour la Recherche Stratégique, le Réseau Nucléaire et Stratégie - Nouvelle Génération destiné aux étudiants et jeunes professionnels intéressés en vue d’approfondir leur formation, et de nourrir leur réflexion, sur les questions nucléaires militaires, en particulier la dissuasion ainsi que la non-prolifération.

Elie TENENBAUM

Chercheur, Directeur du Centre des Études de Sécurité de l'Ifri 

...
Héloïse FAYET

Chercheuse et responsable du programme Dissuasion et prolifération, Centre des Etudes de Sécurité de l'Ifri

...
Jean-Louis LOZIER

Conseiller du Centre des études de sécurité de l'Ifri

...
02/11/2015
Par : Dmitry (Dima) ADAMSKY

Cette note retrace l’évolution de l’approche russe de la dissuasion et de la coercition depuis la fin de la guerre froide, et y évalue la place tenue par les armes nucléaires, depuis les débats sur la « dissuasion nucléaire régionale » jusqu’à l’actuelle « doctrine Gerasimov...

17/12/2014
Par : Richard WEITZ

L'emploi d'armes chimiques en Syrie et la décision de décerner le Prix Nobel de la Paix de 2013 à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) ont rappelé à la communauté internationale que les armes chimiques constituent toujours une menace significative.

06/03/2014
Par : Mustafa KIBAROGLU

Cet article examine les positions adoptées par la Turquie sur les armes nucléaires et la défense antimissile balistique (DAMB) à la lumière des évolutions récentes du programme nucléaire iranien et de la posture de dissuasion élargie de l’OTAN.

05/02/2014
Par : Łukasz KULESA

Depuis que la Pologne a manifesté son intention d’accueillir une composante essentielle de l’architecture de défense antimissile balistique (DAMB) américaine en 2002, le programme a connu plusieurs soubresauts. Aujourd’hui, même si le pays doit encore accueillir des éléments-clefs des...

02/09/2013

En 2011, plus de deux décennies après la fin de la guerre froide, les arsenaux du monde comptaient encore plus de 20 000 armes nucléaires. Comment comprendre la persistance de ce que certains associent déjà à un ordre ancien et dépassé ? Après une quinzaine d"années essentiellement focalisées...

Aucun résultat

27/06/2022
Par : Héloïse FAYET, interviewée par Juliette MITOYEN pour Le Progrès

Une nouvelle fois depuis le début de la guerre en Ukraine, la Russie agite le chiffon nucléaire. Samedi, lors d'une réunion au cours de laquelle il recevait le chef d’État bélarusse Alexandre Loukachenko, Vladimir Poutine a annoncé que son pays allait livrer « dans les prochains mois...

15/06/2022
Par : Héloïse FAYET, invitée de Anne Corpet dans "Décryptage" sur RFI

Les négociations sur le nucléaire iranien semblaient sur le point d'aboutir quand, soudainement, est réapparu le scénario du pire. Téhéran dispose de 40 kilos d'uranium enrichi à 60% et pourrait être en mesure de bricoler une bombe nucléaire rudimentaire, en attendant d'atteindre le seuil des...

14/06/2022
Par : Jean-Louis LOZIER, cité par Yves Bourdillon dans Les Echos

Le nombre d'ogives nucléaires dans le monde, divisé par cinq depuis la fin de la Guerre froide, devrait repartir à la hausse dans les années qui viennent sous l'effet du développement de l'arsenal chinois, selon le Sipri, institut de référence sur les questions d'armements. Washington et Pékin...

14/06/2022
Par : Jean-Louis LOZIER, Thomas GOMART, cités par Yves Bourdillon dans Les Echos

Nombre de pays pourraient juger nécessaire de se munir d'un arsenal de dissuasion nucléaire au vu de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. D'ores et déjà, la moitié de l'humanité vit dans des pays dotés de bombes atomiques.

05/06/2022
Par : François BLANCHARD, article sur CNEWS qui cite le rapport de l'Ifri

Entre la guerre en Ukraine et les essais de tirs réalisés par la Corée du Nord, le vocabulaire de l'armement revient régulièrement dans l'actualité. Aujourd'hui, CNEWS fait le point sur les différents types de missiles. Balistiques, de croisière, intercontinentaux ou encore hypersoniques :...

29/04/2022
Par : Héloïse FAYET, invitée de Marie-France Chatin dans "Géopolitique, le débat" sur RFI

Cela fait plusieurs semaines que l’accord sur le nucléaire iranien n’est plus…qu’une affaire de jours. Discuté depuis un an à Vienne, et présenté comme imminent, le retour au JCPOA (Plan d’action global commun sur le programme nucléaire iranien) de 2015 se fait attendre et semble être...

29/04/2022
Par : Héloïse FAYET, interviewée par Hugues Maillot pour Le Figaro

En difficulté dans le Donbass et irritée par le soutien matériel des Occidentaux aux Ukrainiens, la Russie pourrait avoir recours à cette arme, moins destructrice qu'une arme nucléaire stratégique, mais redoutable sur un champ de bataille.