picto-zonegeo_europe.png

Éric-André MARTIN

Chargé de mission auprès du directeur. 

 

Domaines d’expertise :

Politique européenne

Débats de politique intérieure au sein des Etats membres

Relations internationales de l’Union européenne

Questions de non-prolifération et contrôle du commerce des biens stratégiques

Éric André Martin a rejoint l'Ifri en 2018. Membre du CAPS du Ministère des Affaires étrangères, il contribue aux travaux de recherche de l’Ifri en analysant les évolutions politiques à l’intérieur de l’Union européenne, ainsi que les grands débats de la politique extérieure de l’Union européenne. Ses recherches couvrent également les questions de non-prolifération et le contrôle du commerce des biens stratégiques.

Eric André Martin est titulaire d’un Master en relations internationales et stratégiques et a développé une solide expérience des questions européennes au travers de ses affectations en Allemagne, en Pologne, et à l’administration centrale.

Parmi ses publications à l’extérieur de l’Ifri figurent : « A la recherche de l’efficacité du contrôle du commerce stratégique : le jeu du gendarme et du voleur », Annuaire français de relations internationales, 2017.

Il a par ailleurs contribué à des travaux sur les questions de contrôle du commerce stratégique, notamment « Outlawing State-Sponsored Nuclear Procurement Programs & Recovery of Misappopriated Nuclear Goods », Leonard S. Spector, Center for non-proliferation studies, Occasional Paper n°25, December 2016.

Toutes mes publications
15/03/2019

En 2016, les flux d’investissements directs étrangers (IDE) chinois dans l’Union européenne (UE) ont atteint un niveau record, qui contraste avec la baisse continue des flux d’IDE de l’UE vers la Chine. Pékin est à la recherche de marchés et d’actifs stratégiques, et cible particulièrement les...

Tous mes médias
05/06/2019
Par : Éric-André MARTIN, invité dans "Désordre mondial" sur Sputnik Radio. Emission présentée par Rachel Marsden

Aux Européennes, le RN et LREM confirment leur position de leader, le PS et LR confirment leur déclin. Si le bilan français de ce scrutin est clair, qu’en est-il au niveau européen ? Quels partis et quelle idéologie pourraient dominer au parlement en formant des coalitions ?